RMC

La justice doit-elle être plus sévère avec les personnes qui laissent leurs proches alcoolisés prendre la route?

La nuit du Réveillon est traditionnellement une des plus mortelles sur les routes. Sur les dernières années, entre 15 et 20 personnes en moyenne ont perdu leur vie.

Pour que le réveillon du Nouvel An reste une soirée festive, de nombreuses municipalités mettent en place des transports en commun gratuits toute la nuit pour éviter aux personnes qui auraient consommé de l'alcool de risquer leur vie sur les routes. 

Mais avec la grève qui touche différentes régie de transports, notamment en région parisienne, le dispositif n'est pas aussi complet que d'ordinaire. A Paris, où le métro est habituellement ouvert toute la nuit de la Saint-Sylvestre, seules les lignes automatisées 1 et 14 circuleront le 31 décembre et uniquement jusqu'à 2h15 du matin. Certaines lignes de tramways fonctionneront toute la nuit et les autobus de nuit seront "fortement renforcés", a ajouté la régie.

"Là, les personnes qui ont réveillonné vont peut-être utiliser la trottinette, le vélo ou la voiture en ayant bu"

Faut-il donc craindre une recrudescence d'accidents au cours de cette soirée souvent arrosée avec les risques que cela induit? Jehanne Collard, avocate spécialiste des victimes de la route estime que oui et pointe la responsabilité des municipalités.

"Je pense que malheureusement oui car d’habitude en milieu urbain les transports roulent et sont gratuits toute la nuit. Là, les personnes qui ont réveillonné vont peut-être utiliser la trottinette, le vélo ou la voiture en ayant bu. Je lance un cri d’alerte car c’est de la responsabilité de la municipalité de permettre aux gens, une fois par an, d’enterrer l’année. Je pense qu’il fallait qu’elles trouvent des alternatives. Il y en a marre des blablas. Là c’était facile d’agir."

En termes de statistiques, l'avocate assure que durant la nuit du 31 décembre au 1er janvier, c’est l’alcool et la drogue qui vont être à l’origine de la majorité des accidents. "Donc les transports alternatifs comme des bus, des cars seraient une solution pour éviter l’augmentation désastreuse d’accident qu’on a connu pendant les grèves", estime l'avocate.

"Il faudrait que le parquet poursuive de plus en plus ce genre d’attitudes"

Des campagnes d'information circulent spécialement pour ce réveillon de la Saint-Sylvestre pour demander à la population de retenir les personnes qui leurs sont chères de prendre le volant alcoolisées. Jehanne Collard estime que la justice devrait être plus sévère sur ce point. 

"Il faudrait que le parquet poursuive de plus en plus ce genre d’attitudes car il y a peu de poursuites pour non-assistance à personne à danger ou mise en danger de la vie d’autrui."

En attendant la nuit de la Saint-Sylvestre reste l'une des plus meurtrières sur les routes avec en moyenne 15 à 20 décès comptabilisés ces dernières années, contre une quarantaine au début des années 2000.

J.A.