RMC

Le coup de gueule de Johnny Blanc contre la réforme de l'assurance chômage

Pour le fromager les mesures de durcissement de l'accès à d'indemnisation ne sont pas assez fermes. Selon lui, elles encouragent encore trop à ne pas travailler.

Le gouvernement a présenté mardi sa réforme de l’assurance chômage. Selon le Premier ministre, Edouard Philippe, ces mesures doivent permettre de "mettre fin au chômage de masse". Parmi les mesures annoncées, la mise en place d’un bonus-malus sur les cotisations pour les entreprises, la taxation des CDD d’Usages, ou encore l’obligation de travailler 6 mois durant les dernier 24 mois pour pourvoir accéder à l’assurance chômage. 

Cette dernière mesure vise à faire baisser le "chômage volontaire". Comme le témoigne Johnny Blanc, fromager, il est parfois difficile de trouver des personnes qui acceptent des contrats longues durée, ou qui refuse tout simplement de travailler. 

"Il faut arrêter de se voiler la face. Moi sur les deux derniers recrutements qu’on a faits, j’ai proposé des CDI directs. La première me dit ‘ah non mais je ne veux pas de CDI moi. Éventuellement un CDD de deux mois et puis on verra’. Tout ça, parce qu’ils ne veulent pas d’engagement", explique le fromager. 

Des mesures "injustes" pour les syndicats

Selon lui, il faut arrêter de donner à ces personnes de l’argent pour qu’ils restent chez eux. Il souhaite un durcissement réel des conditions d’accès au chômage.

"Six mois au lieu de quatre, et 24 mois au lieu de 28, c’est zéro. C’est de la réformette de rien du tout", poursuit Johnny Blanc. 

La réforme présentée mardi a immédiatement été décriée par les syndicats qui ont dénoncé des mesures "injustes". Le patronat a également fait part de son mécontentement notamment pour la réforme sur les contrats courts. 

Guillaume Descours