RMC

Liesse populaire: "Quand j'entends Philippe Poutou, j’ai envie de me jeter dans la Seine"

Les Grandes Gueules sont revenues sur les propos de Philippe Poutou qui juge la liesse populaire autour des Bleus superficielle. Caroline Pilastre s'en désole et lui demande de profiter un peu de ce moment éphémère au lieu de se plaindre.

Si vous ne le saviez pas encore, l’équipe de France de football est en finale de la Coupe du monde de football. Elle affrontera la Croatie en finale dimanche (17h), 20 ans après le sacre de 1998 qui avait fait chavirer de bonheur tout le pays. Tout le pays ? Presque. Certains ne vibrent pas au rythme des Bleus.

C’est le cas de Philippe Poutou, qui a une nouvelle fois répété ce jeudi matin qu’il trouvait que la liesse populaire née du parcours des joueurs de Didier Deschamps était démesurée et superficielle. "Si on n’est pas content on est presque un mauvais français", regrettait-il au micro de RMC face à Jean-Jacques Bourdin. 

Jacques Maillot: "Il y a un peu de vrai, c'est un peu superficiel"

Les Grandes Gueules ont ouvert le débat à ce sujet, l’ancien candidat à la présidentielle a-t-il raison de dénoncer une certaine hypocrisie autour des Bleus, soutenus surtout quand ils gagnent ?

"Il y a un petit peu de vrai dans ce que dit Poutou. Au fur et à mesure que les résultats tombent, on est a fond derrière l’équipe. C’est un peu un exutoire. Il y a un peu de superficiel", reconnaît Jacques Maillot. 

Caroline Pilastre: "Il voit toujours le verre à moitié vide"

En revanche la militante associative Caroline Pilastre a lancé un véritable coup de gueule contre cette morosité de l’homme politique dans un moment d’unité nationale.

"Il a le droit d’avoir ses convictions, c’est légitime. Mais quand j’entends Poutou, souvent, j’ai envie de me jeter dans la Seine, il voit toujours le verre à moitié vide. On est en train de vivre un instant éphémère, on sait que ça ne va pas durer, alors qu’on vit moment difficile. Et alors ? C’est un moment fédérateur, on se rassemble. Il n’y a quel sport et le foot qui peut apporter ça." 

Caroline Pilastre a conclu sa diatribe en adressant un message personnel au leader d'extrême gauche : "M. Poutou, soyez un peu heureux, profitez, arrêtez de gueuler et arrêter de critiquer".

J.A. avec les GG