RMC

Philippe Poutou critique la liesse populaire autour des Bleus sur RMC: "Si on n'est pas content, on est un mauvais Français"

Mardi soir, le porte-parole du NPA s'est fendu d'un tweet inattendu sur Twitter, s'étonnant des scènes de liesse populaire sur les Champs-Elysées après la qualification des Bleus pour la finale de la Coupe du monde. Il s'explique sur RMC.

La fête, oui, mais pas pour tous les Français, visiblement. La place en finale de la Coupe du monde des Bleus a poussé certains politiques à des déclarations pour faire revenir les citoyens à des préoccupations plus terre à terre. D’abord Marine Le Pen, qui dit "Tant mieux" pour les Bleus, mais cette joie populaire autour du foot, "ne fera pas disparaître les inquiétudes, ni les dangers de l’insécurité et du terrorisme, ni les fins de mois difficiles". 

Autre personnalité politique, Philippe Poutou, sur Twitter. D’abord plutôt ironique, mardi soir: "Il se passe quoi sur les Champs-Elysées? Y a du monde bizarre. Manifestations contre les attaques antisociales du gouvernement? Réveil de la population qui se mobilise enfin contre les licenciements ou pour l’accueil des réfugiés? Ca devait arriver. Ouf" conclut-il.

Avant un nouveau tweet mercredi matin: "C’est donc ça le vivre ensemble? Juste une place en finale? Le temps d’oublier nos malheurs comme si ça pouvait les effacer? Et puis tout reviendra à la normale, tout le monde reprendra sa place? N’est-ce pas artificiel et manipulateur quelque part?", se demande le porte-parole du NPA.

"Ce n'est pas si spontané"

Des sorties inattendues qui lui ont valu des moqueries et notamment la réputation d'être rabat-joie. Invité sur RMC, jeudi matin, il s'en défend face à Jean-Jacques Bourdin: "Je ne suis pas du tout en croisade contre les fêtes populaires, contre le fait que les gens soient heureux. Mais pendant un moment, on nous a dit de ne pas descendre dans la rue et là, on nous dit que le vivre ensemble, c'est ça".

Interrogé sur la spontanéité de ces scènes de fête, il juge cela "artificiel":

"Ce n'est pas si spontané. Bien sûr, il y a pas mal de gens qui aiment le sport et qui sont heureux quand leur équipe gagne, mais ça prend une place énorme dans les médias. C'est déconnecté des réalités et ça pose problème. On nous explique que dimanche, il faudra faire la fête. Si on n'est pas content aujourd'hui, on est un mauvais Français. Cette ferveur, ça révèle plutôt un malaise. Mais le bonheur, ça peut être tout à fait autre chose" a-t-il expliqué à Jean-Jacques Bourdin, sans le convaincre.

Le porte-parole du NPA confie également que ces tweets sont, pour lui, une façon de prendre du recul: "Le bonheur auquel on a le droit, c'est ça? Une équipe de foot, masculine, qui va en finale. Mais on pourrait faire le lien avec des améliorations sociales, on pourrait avoir un meilleur salaire... On nous dit ce qu'il faut faire. Et puis il y a une grosse hypocrisie: ceux qui nous disent aujourd'hui qu'on est tous ensemble, on sait que ça ne va pas durer. C'est artificiel". 

Philippe Poutou se réjouit-il tout de même de la place des Bleus en finale de la Coupe du monde? "Non. D'ailleurs, je boycotte le Mondial en Russie. On nous dit que c'est du sport et qu'il ne faut pas mélanger avec la politique, mais on sait tous que tout est politique. Le Mondial au Qatar, un pays où il y a de l'esclavage, en Russie, où les droits de l'Homme ne sont pas respectés... Ca pose problème".

Jean-Jacques Bourdin et X.A