RMC

Loi Travail: "Le gouvernement a coché à peu près toutes les cases de ce qu'il ne faut pas faire"

Roselyne Bachelot était l'invitée des Grandes Gueules jeudi.

Roselyne Bachelot était l'invitée des Grandes Gueules jeudi. - -

Le gouvernement a finalement autorisé la manifestation parisienne contre la loi Travail ce jeudi. Un revirement qui traduit pour Roselyne Bachelot, invitée des Grandes Gueules, la déroute du gouvernement dans sa gestion du conflit social, depuis le début de la présentation de la loi.

François Hollande a affirmé jeudi vouloir aller "jusqu'au bout" sur la loi Travail. Une déclaration qui intervient alors que les opposants au texte manifestent à Paris. Un rassemblement qui devait initialement être interdit mais que le gouvernement a décidé d'autoriser au terme de dissension au sein de l'équipe exécutive. Roselyne Bachelot, l'ancienne ministre de la santé de Nicolas Sarkozy s'est amusée dans les Grandes Gueules des revirements et des couacs du gouvernement.

"Je suis partagée entre l'effarement et le rire parce que dans cette affaire, le gouvernement a coché à peu près toutes les cases de ce qu'il ne faut pas faire. Je pense qu'à Sciences po ou à l'ENA on devrait étudier la gouvernance de cette affaire en disant voilà les gars ou les filles, surtout ne faites pas ça", ironise l'animatrice de D8.

"Il n'y a pas de pilote dans l'avion"

Pour elle, toute la gestion de la loi Travail depuis sa présentation est à l'origine du bras de fer auquel se livrent syndicats et gouvernement. La réforme lancée à un an de la fin du mandat de François Hollande n'intervient pas au bon moment, selon Roselyne Bachelot.

"Il n'y a eu globalement sur la loi aucune préparation, aucune pédagogie. On ne fait pas une réforme de cette ampleur en fin de quinquennat à un moment où politiquement on est mort. C'est une réforme qui se fait en début de quinquennat", estime l'ancienne ministre. 

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé puis des Solidarités sous Nicolas Sarkozy a à cette époque participé à des négociations sociales. Selon, elle il était plus simple de négocier avec Nicolas Sarkozy qu'avec François Hollande. "Il y avait une sorte de respect", indique-t-elle. Sur la manifestation contre la loi Travail, Roselyne Bachelot retient les désaccords au sein de l'exécutif. Le gouvernement donne "le sentiment qu'il n'y a pas de pilote dans l'avion. Le Premier ministre n'est pas d'accord avec le président de la République et la main repasse à Bernard Cazeneuve, c'est tout à fait désastreux", souligne-t-elle. Pour elle, "il y a des choses intéressantes" dans la loi El Khomri mais le fait "que le gouvernement n'ait pas été capble de l'expliquer montre le malaise à l'intérieur du Parti socialiste".

Carole Blanchard avec les Grandes Gueules