RMC

Luc Carvounas sur le burkini: "Les troubles à l'ordre public sont causés par des personnes racistes"

Le sénateur PS Luc Carvounas, proche de Manuel Valls a estimé jeudi dans les Grandes Gueules que les troubles à l'ordre public invoqués dans les arrêtés anti-burkini sur les plages soient en réalité provoqués par "une minorité de racistes". Une polémique, utilisée selon lui par la droite pour faire campagne.

Luc Carvounas a beau être proche de Manuel Valls, sur le burkini le sénateur PS marque son opposition. Alors que le Premier ministre soutient les maires ayant pris des arrêtés d'interdiction de ce maillot de bain couvrant, Luc Carvounas affirme son désaccord. 

"De la même manière que la loi ne demande pas de ne pas porter de voile sur l'espace public, je ne vois pas pourquoi on les empêcherait si elles le souhaitent de porter le burkini dans l'espace public", explique-t-il dans les Grandes Gueules. 

Le sénateur-maire d'Alfortville déplore "la pente glissante" qui se dessine au travers de la polémique sur le burkini. Il regrette également que Manuel Valls appuie l'appel de Jean-Pierre Chevènement aux musulmans, leur demandant d'être discrets.

"La gauche pour moi n'est pas la gauche à partir du moment où on demande à une minorité qui compose le tissu national de se faire discret. Parce qu'on dit ça aujourd'hui pour les Français de confession musulmane, on le dira demain pour ceux de confession juive. Je pense que quand on est en train de défendre les valeurs de gauche, on ne demande à aucune minorité de baisser la tête", regrette-t-il.

Un débat utilisé "en pré-campagne présidentielle"

Par ailleurs selon lui, les arrêtés interdisant le burkini "répondent à un sentiment politique électoraliste". Luc Carvounas note au passage que la quasi-totalité des villes à l'origine de ces décisions sont dirigées par des maires Les Républicains ou divers droite. Pour Luc Carvounas, les troubles à l'ordre public invoqués pour justifier les arrêtés d'interdiction ne seraient d'ailleurs pas créés par les quelques femmes portant des burkinis.

"Qui a provoqué le trouble à l'ordre public? Des gens qui à mon avis ne sont pas tout à fait enclins à apprécier des français de confession musulmane, appelons-les c'est un peu des fachos. C'est eux qui fichent la pagaille (...). Les troubles à l'ordre public sont causés par des personnes qui sont racistes, parce qu'on est sur une droite dure", poursuit le sénateur. 

"On a des maires en France qui utilisent ce débat-là en pré-campagne présidentielle", ajoute-t-il encore refusant de faire "partie de ceux-là". 

C. B avec les Grandes Gueules