RMC

Mode des prénoms: "Quand on a commencé à donner le prénom Nicolas, ça sonnait comme un prénom de grand-père"

Ce jeudi chez les GG, le sociologue Baptiste Coulmont décryptait les tendances actuelles des prénoms donnés aux petits Français.

Léa, Emma, Nora. En France, pour les petites filles la mode est aux prénoms courts finissant en A. En revanche, pour les garçons, c'est un peu différent. "Chez les garçons, il y a moins de concentration sur une seule terminaison. Les vieux prénoms reviennent mais moins fortement que ça ne l'était avant", analyse le sociologue Baptiste Coulmont.

Et si certains prénoms nous semblent désuets aujourd'hui, il est probable que les Gustave, Léon ou autre Emile se modernisent à nos yeux:

"Quand, dans les années 70, on a commencé à appeler des petits garçons Nicolas, c'était un vieux prénom qui sonnait comme un prénom de grand-père. Mais après il a pris une autre coloration, et aujourd'hui, c'est juste un prénom classique".

Le sociologue explique aussi ce qui se joue dans le choix des prénoms: "Dans les prénoms se joue la lutte des classes de manière symbolique. De manière feutrée, mais en fonction du lieu où vous êtes dans l'espace social, vous avez des goûts différents. On est influencé par son milieu".

Paulina Benavente