RMC

NKM: "Il faut sortir une majorité d'agents de l'État du statut de fonctionnaire"

La députée Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée ce jeudi des Grandes Gueules, a une méthode radicale pour alléger la fonction publique: embaucher une majorité de nouveaux agents sous contrats de droit privé. Fini donc le statut à vie pour une majorité de fonctionnaires.

Invitée des Grandes Gueules pour présenter son livre Nous avons changé de monde (éditions Albin Michel), Nathalie Kosciusko-Morizet a réagi à la revalorisation à venir du salaire des fonctionnaires, annoncée mardi sur RMC par le Premier ministre Manuel Valls, et précisée ce jeudi par le ministère de la Fonction publique. Une revalorisation du point d'indice de 1,2% en deux fois, qui coûtera 2,4 milliards d'euros à l'État.

"Ça se voit gros comme une maison que c'est un cadeau électoraliste, a déploré NKM sur RMC. Là on ne réforme pas, on ne fait rien pour dynamiser la fonction publique et juste avant l'élection présidentielle, hop, petit coup de pouce pour s'attirer les bonnes grâces des électeurs ! C'est cynique".

Pour la nouvelle candidate à la primaire des Républicains, ce n'est pas du tout la bonne méthode: "On prend les choses à l'envers, on a besoin d'une réforme de la fonction publique". "On a besoin de restreindre l'usage du statut et donner plus de place au mérite", pense NKM.

"Les informaticiens qui font la maintenance du ministère, pourquoi sont-ils sous statut ?"

L'ancienne ministre de l'Écologie a une autre idée de ce qu'il faut faire : "Je propose la sortie du statut de la fonction publique pour le plus grand nombre des activités".

NKM explique: "J'ai été à la tête d'une grande administration avec 60.000 fonctionnaires, je pense que la plupart d'entre eux n'avaient pas de raison d'être sous statut. On a peu à peu laisser le statut de la fonction publique envahir toutes les fonctions. Ça donne une gestion forcément plus compliquée".

"Les droits et devoirs particuliers des fonctionnaires ne sont justifiés que pour quelques fonctions - par exemple pour les magistrats, qui doivent être indépendants -, mais pas pour la plupart. Les informaticiens qui font la maintenance du ministère, pourquoi sont-ils sous statut ?" 

"Je ne propose pas que les gens qui sont aujourd'hui fonctionnaires ne le soient plus, ce ne serait pas juste. En revanche dans un certain nombre de fonctions, pour les nouveaux entrants, il faut que cela se fasse sous contrat privé. C'est ce qu'on a fait pour France Telecom (Orange)". "C'est une meilleure méthode que la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux ou trois", pense-t-elle.