RMC

"On ne pourra pas absorber un surplus de patients le 19 mai": l'urgentiste Frédéric Adnet partagé sur le déconfinement

Le chef des urgences de l'hôpital Avicenne de Bobigny craint un nouvel afflux de patient à partir du 19 mai, date de la réouverture des terrasses et des lieux culturels.

Emmanuel Macron a présenté ce jeudi à la presse le calendrier de déconfinement. Celui-ci débutera dès le 3 mai prochain avant une nouvelle étape le 19 avec notamment la réouverture très attendue des terrasses et des lieux culturels.

Mais face à ces annonces, les soignants se montrent sceptiques. En effet, la situation sanitaire reste préoccupante. 5804 patients sont toujours en soins critiques. Un chiffre certes en baisse, tout comme celui du nombre de patients hospitalisés, 29.487 au total, mais gare à la précipitation", a averti jeudi la Fédération hospitalière de France.

>> A LIRE AUSSI - "On va déconfiner avec des chiffres moins bons que lorsque l'on a confiné": le personnel soignant juge prématuré le plan du gouvernement

Pour Frédéric Adnet, chef des urgences de l'hôpital Avicenne de Bobigny, les sentiments sont partagés. 

“J’ai le sentiment d’espoir parce que je suis un Français comme un autre et j’ai envie de retourner au cinéma, j’ai envie de retourner au théâtre, d’aller au restaurant, de retrouver un peu la vie d’avant. Mais j’ai des inquiétudes comme soignant, comme hospitalier parce qu'on n'est pas sorti d'affaires. Même si on est sur un plateau légèrement descendant, toutes nos réanimations sont saturées. On ne pourra pas absorber un surplus de patients le 19 mai si jamais ce qu’on fait nous fait baisser un peu la garde et nous ramène des patients supplémentaires. Clairement, le 19 mai, l’hôpital en Île-de-France ne sera pas prêt à absorber d’autres patients”, appuie-t-il.

Déconfiner, un risque?

Il estime que pour l’Île-de-France ce déconfinement représente un risque. Selon lui, il aurait plutôt fallu déconfiner plus largement dans les régions les moins touchées comme le sud-ouest. Mais il le confesse, l’équilibre est difficile à trouver.

Dans les territoires où le virus circulerait encore trop, Emmanuel Macron se réserve le droit de bloquer les réouvertures.

Guillaume Descours