RMC

Parcoursup: "Le système est en train de mouliner"

A quelques semaines de la rentrée, 66.000 candidats à l'enseignement supérieur restent dans le flou, alimentant les critiques contre Parcoursup.

Des étudiants encore dans le flou pour leur rentrée universitaire. Selon les chiffres officiels actualisés jeudi, ils étaient très précisément 66.400 à attendre une place sur la plateforme d'accès à l'enseignement supérieur, Parcoursup, étrennée cette année et accusée par ses détracteurs d'instaurer une sélection à l'université.

La faute aux "inactifs", selon le ministère, 50.000 étudiants qui ne se manifestent plus malgré les relances. Pour Guillaume, étudiant en école d'ingénieur, cette catégorie "ne veut rien dire":

"Le ministère appelle des inactifs des étudiants qui sont en attente partout, qui soit n'ont pas contacté leur rectorat pour trouver une solution –mais tous ne sont pas au courant qu'ils peuvent faire la démarche-, soit ils ne se sont pas lancés dans la procédure complémentaire –quand il y a des places restantes dans une formation elles sont remises pour tout le monde. Le ministère considère qu'il y a 50.000 étudiants qui n'ont pas fait ces deux démarches. Moi j'ai parlé avec une candidate qui n'était même pas au courant que l'on peut joindre le rectorat. Elle n'a rien reçu".

"Avec le système APB, c'était rapide"

Il estime même que le système précédent, pourtant décrié, était plus efficace: "Il y aussi près de 110.000 candidats qui ont reçu une proposition mais qui la trouvent non satisfaisante et qui attendent qu'une autre place se libère, ce qui peut expliquer la congestion actuelle. Avant avec le système APB, c'était rapide, dès le 14 juillet les candidats savaient s'ils étaient pris ou non dans une formation. Aujourd'hui, Parcoursup est un système au fil de l'eau, finalement c'est en train de mouliner".

P.B.