RMC

"Peut-être qu'on a trop l'œil sur 2017" juge Maryse Wolinski

Maryse Wolinski estime qu'il y a eu des failles autour de la sécurité de Charlie Hebdo.

Maryse Wolinski estime qu'il y a eu des failles autour de la sécurité de Charlie Hebdo. - Capture RMC

Maryse Wolinski était l'invitée des Grandes Gueules ce jeudi sur RMC. Plus d'un an après la mort de son mari à Charli Hebdo, elle dénonce le manque d'action du gouvernement après les attentats de 2015.

Maryse Wolinski est toujours en colère. Le 7 janvier 2015, Georges Wolinski son mari était tué dans les locaux de Charlie Hebdo par les frères Kouachi. Après une année marquée par les attentats, Maryse Wolinski n'a pas fait son deuil.

"C'est très difficile, parce qu'on en parle sans cesse, et puis moi je suis complètement obsédée par ça, reconnaît-elle. Quand on me demande comment je vais, je réponds que je ne sais pas comment répondre à cette question."

La journaliste a gardé contact avec "certains" de l'hebdomadaire satirique mais prend ses distances avec le journal. "Charlie Hebdo est devenu le symbole de la liberté d'expression, sauf qu'ils ne passent plus certains articles, dénonce-t-elle. Par exemple, quand le film sur Cavana est sorti, ils n'ont rien fait. Ils se regroupent un peu comme une petite secte, c'est le drame." Les poids lourds du journal sont décédés, pour elle, "il faut faire un autre journal, et c'est peut-être ce qu'ils sont en train de faire". 

Des failles dans la surveillance de Charlie?

Depuis les attentats, elle dénonce ce qu'elle considère comme des dysfonctionnements dans la sécurité de Charlie Hebdo. "Il y a eu des failles à Charlie Hebdo, pas de surveillance. La surveillance avait lieu jusqu'à la fin du mois de novembre, après il n'y a plus eu la fourgonnette de surveillance", regrette-t-elle. La veuve de Georges Wolinski prend le ministre de l'Intérieur à partie.

"J'attends d'avoir rendez-vous avec Monsieur Cazeneuve, pour lui dire que ce qu'il a dit récemment au Parisien, à savoir qu'il n'y avait pas eu de défaillances et de failles à Charlie Hebdo c'est pour moi une seconde violence. La première violence, c'est l'attentent et la seconde violence, c'est la parole de Monsieur Cazeneuve."

Après Charlie "on n'a perdu du temps"

Maryse Wolinski n'est pas satisfaite des réactions politiques après les attentats de Charlie Hebdo. "On n'a pas vraiment tiré conséquences des choses jusqu'au Bataclan. On a perdu du temps. Peut-être qu'on a trop l'œil sur 2017. La journaliste estime que "certains du gouvernement disent et ne font pas, et le problème est là pour tout".

Maryse Wolinski estime que François Hollande doit davantage prendre les choses en main. "Je crois qu'il devrait peut-être s'occuper un peu plus de ce qui se passe en France et ne pas avoir l'œil sur 2017."

Carole Blanchard avec les GG