RMC

Philippe Torreton sur RMC: "Pour la première fois en 30 ans, je viens de m'inscrire à Pôle Emploi"

Vendredi, l'acteur Philippe Torreton racontait son confinement en direct dans les "Grandes Gueules" sur RMC.

L'acteur Philippe Torreton était l'invité des "Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC. Comme beaucoup d'artistes, il se retrouve aujourd'hui sans activité professionnelle:

"Pendant 30 ans de vie professionnelle, je ne me suis jamais inscrit à Pôle Emploi et je viens de le faire. Je n'ai aucune activité économique. J'ai été pendant 30 ans mon propre Pôle Emploi, mais je n'ai plus les moyens de le faire".

Et les perspectives pour son métier sont peu réjouissantes:

"Qu'est-ce qu'on fait en attendant? Il faut imaginer une rentrée théâtrale complètement hétérogène parce qu'il va y avoir des territoires où les théâtres pourront rouvrir, d'autres non. Le public du spectacle vivant est souvent un public âgé donc rien ne garantit que même dans des territoires où les théâtres pourront rouvrir, les gens se déplaceront. Il faudrait un partenariat avec le public âgé du théâtre pour leur dire d'acheter quand même des places de représentation et de les offrir aux plus jeunes. Ils deviendraient ainsi des mécènes et des parrains".

Un appel qui intervient alors que des personnalités de la culture, parmi lesquelles les acteurs Catherine Deneuve et Omar Sy, demandent la prolongation des droits des intermittents du spectacle d'un an au-delà des mois où l'activité aura été impossible, face à la crise sanitaire, dans une tribune publiée jeudi par Le Monde.

"Monsieur le président de la République, lors de sa conférence de presse du 19 avril, le Premier ministre (Edouard Philippe), énumérant tous les secteurs d'activité, a oublié le secteur culturel. Combien de personnes vivant en France a-t-il oubliées avec nous?", disent dans ce texte ces artistes issu du cinéma, mais aussi du théâtre ou de la musique. 

Adressée au président Emmanuel Macron, la pétition "Culture en danger", l'une de celles qui circulent depuis plusieurs jours, réunissait près de 50.000 signataires jeudi matin. La pétition "Année noire 2020", rassemble quant à elle quelque 180.000 signatures. 

Sur RMC, Philippe Torreton veut aussi croire à un monde différent après la crise:

"Il y a aura forcément un monde d'après. Est-ce que ça va être le monde d'avant en pire, ou est-ce qu'on va tenir compte de ces circuits courts, de l'écologie? J'ai bon espoir mais il ne faut pas se leurrer. Les mentalités ne vont pas changer, mais il y aura peut-être un petit acquis. Il faut qu'il y en ait un".
P.B.