RMC

Pour François Fillon, "la France n'est pas un pays à prendre comme une femme"

Oui, François Fillon "a envie" d'être président de la République. Il l'a affirmé avec conviction ce lundi dans les Grandes Gueules sur RMC. Toutefois, il n'aime pas cette formulation, qui sous-entendrait, selon lui, que "la France est un pays à prendre (…) comme une femme".

On ne pourra pas reprocher à François Fillon d'avoir usé de la langue de bois, ce lundi dans les Grandes Gueules sur RMC. Il a d'abord refusé de "pleurer" sur le sort des salariés d'Air France suspectés d'avoir violenté deux cadres de la compagnie, et arrêtés dès potron-minet. Il a ensuite reconnu que lui et Nicolas Sarkozy avaient "merdé sur la TVA sociale", en ne la mettant pas en place quand ils étaient au pouvoir. Mais c'est quand il a été interrogé sur sa volonté d'être président de la République par devoir ou par envie, que François Fillon a surpris par sa réponse.

"On ne demande pas à Merkel si elle a envie de diriger l'Allemagne"

"Bien sûr que j’en ai envie. Si vous croyez que je me tape la vie que je mène depuis trois ans, si je n’en avais pas envie... Cependant, ce que je n’aime pas dans cette formulation-là (par envie, NDR), c’est le sentiment que la France c’est un pays à prendre, c’est comme une femme au fond, et qu'il faut vraiment en avoir envie, qu'il faut le montrer tous les jours, et qu'il faut avoir ce projet-là depuis sa naissance etc. Je n’aime pas ça parce que je trouve que ce n’est pas rationnel", a-t-il estimé.

"On ne demande pas à Mme Merkel si elle a envie de diriger l'Allemagne, on ne demande pas M. Cameron si il a envie de diriger la Grande-Bretagne", a ajouté François Fillon.

Philippe Gril avec les GG