RMC

Pourquoi la mairie de Paris veut ouvrir des nouvelles salles de shoot

Après l'ouverture polémique d'une première salle de shoot à Paris il y a deux ans, la mairie veut poursuivre en ce sens et en ouvrir quatre autres. L'adjointe auprès de la maire de Paris en charge de la Santé explique pourquoi sur RMC.

La mairie de Paris a pour projet d'ouvrir quatre nouvelles salles de shoot dans la capitale ainsi qu'un bus pour les fumeurs de crack. Après l'ouverture controversée de la première salle dans le Xe arrondissement, tout les problèmes ne sont pas réglés (nuisances etc.) mais la mairie veut suivre les préconisations des associations et poursuivre dans cette voie.

Alors qu'il y aurait entre 200 et 500 fumeurs de crack en errance à Paris, Anne Souyris, adjointe à la Santé auprès de la maire de Paris a expliqué ce jeudi matin dans Les Grandes Gueules pourquoi cette mesure était nécessaire même si elle n'est évidemment pas idéale.

"Il y a beaucoup de personnes non-prises en charge et il faut absolument aller vers eux. La seule solution à un moment donné c’est de mettre en oeuvre ce que eux, ils demandent. C’est à dire un endroit où il peuvent à la fois consommer, se reposer et surtout avoir un lien avec du personnel à la fois soignant et social."

"On n’est pas dans un délire où on met des bus partout pour que tout le monde se shoote partout dans la rue"

Car devant l'échec des politiques de répression, Anne Souyris explique que le seul espoir de réinsertion sociale de ces personnes passe par ces salles de shoot. 

"C’est la première porte d’entrée, un premier contact. Ce sont des personnes qui à 75% n’ont plus de couverture sociale depuis des années. On parle de gens qui n’ont rien, dehors, et qui meurent souvent tout seuls. C’est une question d’humanité.
On n’est pas dans un délire où on met des bus partout pour que tout le monde se shoote partout dans la rue de la capitale. On parle de gens qui pour l’instant on n’arrive à rien faire ! Ils ne veulent pas s’en sortir. C’est parce qu’on leur offre ce type de possibilités qu’à un moment donné ils peuvent trouver une issue. Sinon ils n’en ont pas."
J.A. avec les GG