RMC

Propos du patron de Veolia sur l'apprentissage: "Il n'y a pas de mépris" selon Jacques Attali

Mercredi, le patron de Veolia, Antoine Frérot, a tenu des propos polémiques à propos de l'apprentissage sur France Inter. Des propos que relativisent Jacques Attali, invité des Grandes Gueules.

Si le patron de Véolia n'a pas poussé ses enfants à s'orienter vers une filière d'apprentissage, c'est parce qu'ils étaient "brillants". Ces propos d'Antoine Frérot tenus sur France Inter font polémique depuis mercredi. "Le problème ne s'est pas posé", a t'il ajouté.

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux à considérer cette phrase comme méprisante envers les apprentis. Ce n'est pas l'avis de Jacques Attali. Invité des Grandes Gueules, mercredi, il tenu à défendre les propose de son "ami". "Il n'y a pas de mépris. Ni de sa part, ni de la vôtre, ni de la mienne. Il y a une réalité qu'il faut transformer. Ça ne veut pas dire qu'il faut faire comme dans la révolution culturelle chinoise. Où les enfants des gens qui ont réussi sont envoyés dans les champs. Ce serait l'horreur absolu. On a vu ça au Cambodge. On voit ça au Venezuela ou en Corée du Nord. Ce n'est absolument pas ça qu'il faut faire. (…) L'apprentissage doit aller très loin. Et aujourd'hui l'apprentissage est en train de faire des progrès en allant vers l'enseignement supérieur. On sait très bien que plus les gens sont formés plus ils ont de chance de trouver du travail. Si c'est faire en sorte que les gens arrêtent leurs études pour faire de l'apprentissage, c'est criminel, c'est suicidaire. On ne va demander ça à personne, ni aux enfants des riches ni aux enfants des pauvres. Ce serait absurde. Il faut au contraire que l'apprentissage permette d'aller plus loin dans les études".

Les GG (avec A.M.)