RMC

Réouverture des parcs de Paris: "Je vis un drame parce que je suis d’accord avec Madame Hidalgo", confesse Gilles-William Goldnadel

L'avocat farouche opposant à la maire de Paris, a avoué la mort dans l'âme être d'accord avec Anne Hidalgo qui se bat pour la réouverture des parcs et jardins de la capitale.

La ville de Paris, en zone rouge comme toute l’Île-de-France veut le retour de ses parcs. La municipalité est en plein bras de fer avec le gouvernement quant à la réouverture de ses espaces verts, fermés depuis le début du confinement le 17 mars dernier. Du côté de l’Hôtel de ville on réclame cette réouverture, arguant que cela libérerait de l’espace dans les rues alors que les températures estivales poussent les Franciliens à sortir.

"Les Parisiens sont tout à fait capables d’aller dans des parcs et jardins, de respecter la distance. Je ne vois pas pourquoi ils ne respecteraient pas plus la distance dans des parcs et jardins que dans le bois de Vincennes et le bois de Boulogne", estime Pénélope Komitès adjointe à la maire de Paris, chargée des espaces verts.

Réouverture le 2 juin ?

Et ce débat qui cristallise les tensions entre Anne Hidalgo et la préfecture est aussi le parent d’incroyables alliances. Ce vendredi sur le plateau des "Grandes Gueules", c’est Gilles-William Goldnadel qui assuré se ranger derrière l’avis de la maire de Paris : "Je vis un drame personnel parce que je suis tout à fait d’accord avec Madame Hidalgo", a-t-il avoué sur RMC.

"L’être craintif que je suis, pense qu’il ne faut pas attendre le 2 juin pour ré-ouvrir les parcs", a-t-il lancé avant de recevoir un (faux) sms d’Anne Hidalgo : "Maître Goldnadel merci beaucoup j’ai beaucoup d’admiration pour vous, signé Anne Hidalgo", a-t-il plaisanté faisant semblant de lire un message sur son téléphone.

Reprenant sur un ton plus sérieux, Fatima Aït-Bounoua a également déploré la situation, rappelant que ces fermetures n'empêchaient pas les rassemblements de Parisiens comme sur l'esplanade des Invalides mercredi soir: "Ce qui est intenable c’est l’entre deux ce n’est ni fait ni à faire. Les gens se retrouvent dans des endroits qui ne sont pas appropriés. Il y a beaucoup de tapage nocturne et c’est dangereux. C’est incohérent et ces incohérences affaiblissent la rigueur".

G.D.