RMC

Sommes-nous accros aux écrans? "Notre attention a une valeur marchande pour les entreprises du numérique"

-

- - -

Le 1er février auront lieu les premières Assises de l'Attention, une journée d'échanges autour de la captation de notre attention par les écrans.

Passons-nous trop de temps le nez sur les écrans? Oui, selon Yves Marry, de l'association Lève les yeux. Avec 20 autres associations, Lève les yeux organise les premières Assises de l'Attention pour débattre des enjeux liés à notre rapport aux écrans.

"Nous essayons de mettre en exergue que l'omniprésence des écrans dans notre société pose un certain nombre de problèmes sanitaires mais aussi sociétaux. On voit bien qu'il y a un problème sur les relations humaines, il y a une baisse de l'empathie en cas d'usage excessif des réseaux sociaux", analyse Yves Marry.

Il pointe aussi le coût écologique des écrans: "Cela représente 3,7% des émissions du gaz à effets de serre, c'est supérieur au secteur aérien. Et le fait que l'on soit coupé dans un cocon numérique réduit aussi notre sensibilité au monde extérieur".

"Une compétition entre les acteurs du numérique pour capter notre attention" 

"Tout cela est le résultat d'une guerre économique pour notre attention. Parce que notre attention a une valeur marchande. Le temps qu'on passe sur un écran est un temps qui est valorisé par les entreprises du numérique parce que ça leur permet de commercialiser de la publicité et de collecter des données personnelles. Il y a une compétition entre les acteurs du numérique pour capter notre attention ce qui fait que nous sommes sollicités en permanence par les notifications et que des techniques addictives qui sont employées dans les applications", a-t-il aussi expliqué.

P.B.