RMC

Tour de France: sur RMC, une responsable EELV évoque des "témoignages d'harcèlement moral et sexuel" sur les podiums

Des témoignages et même une pétition ont déjà évoqué le quotidien difficile des hôtesses du tour de France marqué par des phrases déplacées et l’omniprésence de proposes sexistes.

Plébiscités dans les villes par les écologistes, les vélos ne plaisent visiblement pas aux Verts quand ils sont en nombre. Les élus EELV semblent faire front contre le Tour de France après le refus de la municipalité de Rennes d’accueillir le départ de l’épreuve, puis les propos du maire de Lyon qualifiant la compétition de "machiste" et "polluante".

Ce jeudi, c’est Léa Ballage, en charge des mobilisations pour EELV qui s’en est à nouveau pris au Tour de France cette fois sur le volet des hôtesses de podium:

"On a envie que le Tour de France rentre dans le 21e siècle, et le 21e siècle est féministe et écologique. L’épreuve a déjà fait des progrès en mettant en place des podiums paritaires alors qu’auparavant ce n’était que des femmes qui accueillaient les coureurs", a-t-elle souligné dans un premier temps sur RMC.

Le quotidien difficile des hôtesses

Mais la membre de la direction a également évoqué des témoignages d'"harcèlement moral et sexuel" contre ces mêmes hôtesses. Alors que David Dickens déplorait que l’on n’ait pas demandé leur avis à ces hôtesses, bien payées selon lui, Léa Ballage a évoqué "des témoignages d’harcèlement moral et sexuel, lors des podiums" visant visiblement les coureurs du Tour de France.

Si des témoignages et même une pétition ont déjà évoqué le quotidien difficile des hôtesses du tour de France marqué par des phrases déplacées et l’omniprésence de proposes sexistes, aucune histoire de harcèlement sexuel venant de coureurs n’avait été rapportée jusqu’alors.

G.D.