RMC

Un tweet anti-CRS de Philippe Poutou fait polémique, Christophe Castaner lui répond

Philippe Poutou a suscité la polémique ce weekend sur Twitter avec un message anti-CRS ce qui a conduit le ministre de l'Intérieur à défendre publiquement les forces de l'ordre dans la lutte contre le coronavirus.

Les polémiques lancées sur les réseaux sociaux ne prennent pas de vacances et se poursuivent durant le confinement. Un tweet de Philippe Poutou, ancien candidat à la présidentielle pour le Nouveau parti anticapitaliste, a suscité beaucoup de réactions ce weekend.

Il a diffusé un montage photo montrant de nombreux corps de métiers luttant contre la crise sanitaire en cours en les remerciant, en annotant "pas toi" sur l'image représentant des forces de l'ordre. 

Castaner: "Malgré votre haine ils sont là, et n’hésiteraient pas à vous porter secours"

Une pique de Philippe Poutou qui a conduit à une réponse du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

"Surveillance des pharmacies, protection des interventions des pompiers, lutte contre les violences intrafamililales, respect des mesures de confinement, sécurité des Français : malgré votre haine ils sont là, et n’hésiteraient pas une seconde s’ils devaient vous porter secours" 

L'avis des GG

Olivier Truchot : "Il faut pas demander à un gauchiste membre du NPA d’être pro-flic, c’est le message traditionnel anti-flic. Ca a provoqué, et c’était voulu, la colère des syndicats de policiers. C’est les anars qui ne supportent pas l’ordre. C’est bête et méchant mais je suis surpris que l’on soit surpris."

Zohra Bitan: "L’extrême gauche a toujours été anti-flics. Castaner n’a même pas à répondre."
Etienne Liébig: "Ca fait allusion et rappelle le paradoxe qu’il y a encore quelques mois la police tapait encore sur les membres de l’hôpital en grève. Mais en règle général que ce soit Poutou, le Pen et les autres tous ceux qui récupèrent ce moment pour leur cuisine c’est navrant, ça donne un sentiment de trahison. C’est pas bon de faire ça, on peut attendre la fin. En ce moment, on n’a besoin de se taper dessus. Il faut arrêter de faire de la politique politicienne pourrie en ce moment. Si on commence à se détester les uns les autres ça va partir en vrille. On a besoin de solidarité."
Marie-Anne Soubré: "Il n’a honte de rien, ce tweet est honteux. Dire qu’être de gauche c’est détester la police…"

J.A.