RMC

Violences sexuelles dans le milieu du patinage: "Didier Gailhaguet a une attitude de propriétaire et pas de président"

Emmanuelle Anizon, invitée chez les GG, a réagi à la défense de Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace. C'est elle qui a révélé les affaires de violences sexuelles dans le milieu du patinage lors d'une enquête parue dans l'Obs.

En plein scandale de violences sexuelles dans le patinage français, son inamovible patron Didier Gailhaguet s'est défendu mercredi: il a assuré n'avoir jamais couvert aucun cas d'abus dans son sport et a ciblé la ministre "moralisatrice" Roxana Maracineanu, qui a appelé à sa démission.

Une défense qui n'a pas étonné la journaliste Emmanuelle Anizon, à l'origine des révélations sur l'affaire: "Quand j'ai essayé de le contacter pour l'enquête de l'Obs, plusieurs fois, par mail, par téléphone à la fédération, il n'a jamais daigné répondre. C'est un homme qui a eu tellement l'habitude de régner sur son royaume sans être ennuyé qu'il ne s'imaginait pas qu'il pourrait se retrouver dans cette situation désagréable. Là, il est acculé. Il a fait sa conférence de presse, mais on voit bien qu'il est dans l'attaque. Il a une attitude propriétaire et pas de président. Il ne protège pas ses athlètes".

"Il y a des dizaines de victimes!"

"Il dit que c'est honteux que les victimes s'adressent à l'Obs. C'est quand même extraordinaire. Je lui ai répondu que si les victimes s'adressent à l'Obs c'est qu'elles ne peuvent pas s'adresser à lui ou à quelqu'un d'autre, aux cadres, aux entraîneurs. Il y a ce problème de silence qui fait que les victimes sont obligées de contourner ce silence et d'aller voir les journalistes", a-t-elle aussi expliqué.

La journaliste dénonce aussi une culture du silence qui a permis aux agresseurs d'agir: "On parle de Sarah Abitbol, mais il y a des dizaines de victimes! On parle de plusieurs entraîneurs agresseurs et violeurs. On parle de toute une culture de l'agression et du viol. Le silence a permis à des agresseurs d'agresser en toute impunité dans ce milieu du patinage.

Cette fédération est une petite fédération. C'est un petit monde consanguin. Didier Gailhaguet est un ami de 40 ans de Gilles Beyer. Ce sont de vieilles connaissances. Ils ont partagé des compagnes. Toutes ces informations circulent. Ce qui m'a étonnée dans l'enquête, c'est que très vite on tombe sur une victime qui a pu donner plusieurs noms".

P.B.