RMC

"Votre idéologie est mortifère!": le ton monte entre Didier Giraud et la représentante du Parti animaliste

Parmi les listes déposées auprès du ministère de l’Intérieur pour les élections européennes, le Parti animaliste représenté par Hélène Thouy. Invitée dans l’émission des Grandes Gueules, ses convictions n’ont pas plu à notre éleveur, Didier Giraud.

"Amorcer une végétalisation de l'alimentation pour des raisons éthiques, environnementales et sociétales": tel est le programme du parti animaliste défendu par sa représentante aux Européennes, Hélène Thouy.

"Arrêtez de prendre les gens pour des imbéciles!"

Un programme, à l’opposé des convictions de notre éleveur "grande gueule", Didier Giraud, qui dénonce "une idéologie mortifère".

"Moi qui suis l’éleveur, je suis donc responsable de tous les maux de la planète, tel que vous l’avez décrit. (…) Votre idéologie est mortifère, elle est complètement mortifère pour mon métier", a affirmé notre agriculteur, visiblement énervé.

Puis, de poursuivre: "Je ne vais pas vous faire le couplet des agriculteurs qui se suicident mais ça fait partie d’un contexte pesant où tous les jours, des gens comme vous nous traitent d’empoisonneurs (…) Arrêtez de prendre les gens pour des imbéciles!".

"Ça ne vous plaît pas mais c'est un fait"

Des accusations non dissimulées de la part de Didier Giraud, auxquelles Hélène Thouy a opposé les conclusions de rapports scientifiques. 

"Des rapports faits par des scientifiques, je pense, sérieux, nous disent que tout le dérèglement climatique, toute la chute de la biodiversité est en grande partie généré par l’empreinte humaine et notamment l’élevage. Ça ne vous plaît pas mais c’est un fait".

C'est donc un discours que la représentante aux élections européennes a tenté de tempérer devant un Didier Giraud très agacé: "Le parti animaliste n'est pas là pour opposer les personnes qui veulent une amélioration du bien-être animal et les éleveurs. On veut trouver tous ensemble une solution pour qu’on puisse vivre dans ce monde de façon éthique et juste".

Caroline Petit