RMC

"Vous n'êtes pas démocratiques, vous ne respectez pas la loi": tensions entre la porte-parole d'Attac et Marie-Anne Soubré

À quelques jours du sommet du G7 de Biarritz, la tension est déjà palpable. La porte-parole d'Attac a détaillé le programme du contre-sommet d'Hendaye, évoquant des occupations de places publiques non-déclarées en préfecture.

Alors que le sommet du G7 doit se dérouler les 24 et 25 août prochains à Biarritz dans les Pyrénées-Atlantiques, un autre sommet est attendu à quelques kilomètres de là dans une toute autre ambiance.

À l'appel d'ONG et notamment de l'association altermondialiste Attac, plusieurs milliers de personnes ont prévu de se retrouver à Hendaye, à 25 km de Biarritz près de la frontière espagnole, lors d'un contre-sommet. Au programme, manifestations, occupation de l'espace public et débats citoyens.

Des occupations de places publiques non-déclarées

"À partir d’aujourd’hui mardi, nous mettons en place un contre G7 ouvert, pluriel, revendicatif et pacifique (...) Nous serons sans doute plusieurs milliers. Nous avons ensuite plusieurs débats prévus. Il y aura une manifestation familiale samedi et une occupation pacifique de places publiques dimanche", détaille sur le plateau des "Grandes Gueules", Aurélie Trouvé, porte-parole de l'association Attac.

Évoquant un "G7 hors-sol, coupé de la population", la porte-parole assure que les manifestations de dimanche ne sont pas déclarées "justement contre l'interdiction de manifester".

Un détail qui a soulevé quelques interrogations sur le plateau des GG: "En France la liberté de manifester est absolument totale à partir du moment où l’on déclare notre manifestation", quitte à ce qu’une préfecture ne valide pas le trajet et en propose un autre, a assuré Marie-Anne Soubré, avocate de profession.

Sécurité maximale

"Sur les occupations que vous voulez faire il y aura certaines obligations de sécurité. Vous ne les avez pas déclarées elles sont totalement illégales, je voulais savoir en quoi vous vous considérez dans la légalité alors que vous allez faire des choses illégales ?", a-t-elle demandé à la porte-parole d'Attac.

"Nous pratiquons la désobéissance civile depuis des années", lui a répondu Aurélie Trouvé. "C'est illégal ! Vous n'êtes pas démocrates !", a rétorqué Marie-Anne Soubré. La porte-parole d'Attac a ensuite évoqué "une violation des droits de manifester", de la part des forces de l'ordre, pointées du doigt pour leur gestion des rassemblements des "gilets jaunes" ces derniers mois.

Plus de 10.000 policiers et gendarmes sont attendus à Biarritz à l'occasion du G7, afin d'assurer la protection des sept chefs d'État réunis. En plus de ces effectifs, des unités spéciales comme le GIGN et le RAID doivent être mobilisés. Des interdictions de circulation ont même été mises en place dans la ville, divisée en deux zones de sécurité.

Guillaume Dussourt