RMC

Gilles Simeoni: "En Corse, il n'y a pas d'autre chemin que la démocratie"

Avant d'être reçu à Matignon, le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni était l'invité de M comme Maïtena sur RMC.

Une heure à peine avant d'être reçu par le Premier ministre Edouard Philippe, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse était l'invité de M comme Maïtena. Fort de sa légitimité acquise dans les urnes, le nationaliste a plusieurs demandes fortes à exposer au Premier ministre: co-officialité du Corse et du Français, création d'un statut particulier pour les impôts et l'immobilier, l'amnistie de certains prisonniers politiques, un rapprochement d'Yvan Colonna…

"Tout ça mis bout à bout on a l'impression que d'un côté il y a la Corse qui demande beaucoup et de l'autre des principes républicains qui interdisent de faire droit à ces demandes, a avancé Gilles Simeoni. Ce n'est pas aussi simpliste. Chaque demande a sa justification, sa logique et sa cohérence et peut être satisfaite y compris dans le cadre du droit actuel". Seule certitude pour le président du conseil exécutif de Corse: "La violence est exclue". "En Corse et ailleurs, il n'y a pas d'autres chemins que la démocratie".

P. G. avec Maïtena Biraben