RMC

"Je rêve d’un jour où tout le monde s’en fout", assure Mounir Mahjoubi après son coming-out

RMC
Après son coming-out, Mounir Mahjoubi le Secrétaire d'Etat au numérique, a rappelé que cet acte était toujours important, rêvant d'un monde où "tout le monde s'en fout".

Invité de M comme Maïtena, Mounir Mahjoubi est revenu sur son coming-out. Le secrétaire d'Etat chargé du numérique avait récemment posé pour Paris Match en compagnie de son compagnon. Sur notre antenne, il a répondu à un auditeur qui assurait que c'était tellement "désuet" qu'on ne devrait pas être obligé de faire de coming-out.

"Si c’était désuet, il n’y aurait pas des milliers de personnes qui se feraient insulter chaque année", a répondu Mounir Mahjoubi. "Si c’était désuet on ne ferait plus de journée contre l’homophobie chaque année. Il y a des pays qui ne sont pas des démocraties qui vont jusqu’à tuer des homosexuels", a-t-il assuré à l’auditeur de RMC.

"Plus compliqué de grandir dans des endroits où on ne voit pas de gens différents encore moins des homosexuels"

"Même après le mariage pour tous, ce n’est pas facile de grandir dans une famille populaire, rurale, dans une famille culturellement issue d’ailleurs. C’est facile de grandir nul art mais c’est encore plus compliqué de grandir dans des endroits où on ne voit pas de gens différents encore moins des homosexuels", a précisé le Secrétaire d'Etat chargé du Numérique.

"Ce n’est pas pour rien que le taux de suicide est plus élevé chez les jeunes homosexuels. C’est pour ça que ce sujet n'est pas fini. On n’a pas fini de discuter de ça. Je rêve d’un jour où tout le monde s’en fout, mais tout le monde s’en fout pas encore", a-t-il conclu.

M comme Maïtena (avec G.D.)