RMC

Pour Marinette Pichon, la Coupe du Monde féminine de foot, "c'est la même chose que celle des garçons sauf que ça va un peu moins vite"

A 100 jours du début de la Coupe du Monde féminine de football, Marinette Pichon, la meilleure buteuse de l'équipe de France était l'invitée de M comme Maïtena.

Coupe du Monde féminine de football: J-100. Du 7 juin au 7 juillet, 24 nations s'affronteront dans 9 villes (Paris, Lyon, Nice, Montpellier, Rennes, Le Havre, Valenciennes, Reims, Grenoble). Un sport qui séduit de plus en plus les petites filles puisque depuis le titre des Bleus cet été, le nombre d'inscriptions dans les clubs de football féminin a augmenté de 15%.

Un changement dont se félicite Marinette Pichon, meilleure buteuse de l'équipe de France: "Les choses ont évolué parce que les mentalités ont évolué. On le voit avec notre président Noël Le Graët qui a impulsé ce changement en plaçant des femmes à des postes à responsabilité, ce sont des messages très forts".

L'ancienne attaquante espère que la Coupe du Monde suscitera l'enthousiasme des supporters: "Il faut que les spectateurs viennent dans les fan-zones de la Coupe du Monde pour susciter des vocations".

"La morphologie d'un homme et d'une femme est incomparable"

Quant à l'inévitable comparaison avec le football masculin, Marinette Pichon la balaie d'un revers de main:

"La morphologie d'un homme et d'une femme est incomparable. Même dans la vitesse d'exécution et la gestuelle. Nous avons notre football, les hommes ont le leur. Il faut arrêter de comparer. Forcément l'impact athlétique n'est pas le même parce qu'on va moins vite et on tape moins fort. Mais là les spectateurs vont découvrir des phases de jeu, de la tactique comme chez les garçons, des nations, et une organisation fabuleuse. Et un engouement comme l'an dernier. C'est la même chose sauf que ça va un peu moins vite".
Paulina Benavente