RMC

Vincent Lambert: "la moindre des humanités serait de faire en sorte que ça s'arrête"

Un nouveau rapport d'expert a établi que Vincent Lambert est dans un "état végétatif chronique irréversible". Un rapport qui relance la question sur l'arrêt des soins pour ce grand handicapé.

C’est une question qui divise profondément la société française. Faut-il autoriser le droit de mourir ? Derrière cette question, une affaire symbolique, celle de Vincent Lambert. Ce grand handicapé a été déclaré dans un nouveau rapport d’expert dans "un état végétatif chronique irréversible". Pourtant, ses parents s’opposent toujours à un arrêt des soins contrairement à une partie de sa famille. 

Pourtant selon le Docteur Véronique Fournier, présidente du centre national de la fin de vie et des soins palliatifs, qui a eu accès au pré-rapport des experts, ces derniers "ont décrit un état de Vincent Lambert catastrophique. Ils disent qu’il est dans un état de grande indignité humaine physiquement qu’il est recroquevillé, qu’il n’a plus figure humaine et que n’importe qui voudrait que ça s’arrête".

Un débat philosophique et éthique

Seulement selon elle, le fait de se demander qui est-ce qui doit décider, fait oublier l’essentiel:

"La moindre des humanités face à cette situation qu’on nous décrit, serait de faire en sorte d’arrêter quelle que soit la façon de faire", précise le docteur Véronique Fournier. 

Pour Olivier Véran, député LREM de l’Isère et neurologue, le débat sur le droit de mourir est "à la fois philosophique et éthique, qui ne sera jamais terminé, quand bien même on ferait évoluer encore dix fois la loi". 

M comme Maïtena (Avec G.D)