RMC

"Arrêtez de parler au nom des autres!": le ton monte entre une "gilet jaune" et un policier sur RMC

Denis Jacob, le secrétaire général du Syndicat Alternative police-CFDT et Sophie Tissier, figure du mouvement des "gilets jaunes", ont participé à l’émission Radio Brunet ce lundi 22 avril. Interrogés sur les événements survenus ce samedi à Paris lors de l'acte 23, le ton est rapidement monté entre les deux invités.

"Suicidez-vous, suicidez-vous": ces slogans, qui ont suscité l'indignation, ont été lancés aux forces de l'ordre ce samedi à Paris lors de l'acte 23 des "gilets jaunes". Et ce, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent, depuis le début de l’année.

"Quand on voit une personne aussi obtuse, ça ne donne pas envie d’échanger"

Une violence verbale, qui ne passe pas pour Denis Jacob, secrétaire général du Syndicat Alternative police-CFDT. Invité de Radio Brunet aux côtés de Sophie Tissier, figure du mouvement des "gilets jaunes", le policier syndicaliste a refusé de saluer la coordinatrice du groupe "Gilets jaunes, décla ta manif".

"Je vais peut-être passer pour un malotru mais au regard de ce que je viens d’entendre, franchement, quand on voit une personne aussi obtuse, ça ne donne pas envie d’échanger. Des affirmations toutes faîtes comme vous venez de le faire, je ne peux pas les accepter. Vous faîtes des amalgames. Quand on parle de quelque chose, il faut déjà savoir de quoi on parle", s’est énervé Denis Jacob.

"Des gens menottés se sont encore pris des coups en pleine figure"

Une attaque, qui a donné le ton du reste du débat. Sophie Tissier a notamment dénoncé les violences policières auxquelles elle a assisté.

"Vous parlez de la manière dont vous gérer les manifestations mais vous ne parlez pas des méthodes absolument atroces que vous utilisez pour arrêter les gens. Des gens menottés se sont encore pris des coups en pleine figure par des gens de la BAC ce week-end, j’ai vu des vidéos".

"Vous n’êtes ni policière, ni magistrate!"

Un argument irrecevable pour Denis Jacob: "Si vous êtes témoin de faits répréhensibles, vous pouvez déposer plainte auprès du parquet. Les fonctionnaires sont des gens responsables, s’ils commettent des actes répréhensibles, ils en assureront la responsabilité. Vous n’êtes ni policière, ni magistrate, donc arrêtez de parler au nom des autres!"

Caroline Petit