RMC

"Ca créé de la paranoïa": l'angoisse des infirmiers libéraux en multipliant les visites

Poignées, boutons d'ascenseurs... Certains personnels qui rendent visite à leurs patients à domicile développent certaines angoisses lors de leurs visites.

Les aides à domicile multiplient les visites chaque jour, ce qui s'avère compliqué en ce contexte de crise sanitaire. Célia est infirmière libérale à Drancy en Seine-Saint-Denis et est confrontée de plein fouet à l'épidémie de coronavirus.

Alors qu'elle explique que le confinement n'est pas parfaitement respecté dans les quartiers populaires en raison notamment de la promiscuité des logements, elle témoigne dans Brunet-Neumann ce lundi sur RMC surtout de son quotidien fatigant physiquement, mais également mentalement.

"Les portes de bâtiment, les poignées, les ascenseurs... C'est une vraie gymnastique, c'est une galère. On prend le gant, on retourne le gant. Arrivés chez les gens on ne sait pas où déposer le sac, les produits.

"On est tous en danger"

Même nous entre équipes, on utilise des gants pour toucher le matériel, alors que les premières mesures c'est la distance et la distance. Ca créé une vraie paranoïa. Pour moi on est dans une voie sans issue.
A l'hôpital, les livreurs et dans les magasins, je leur tire mon chapeau, on est tous en danger. Dès qu'on met le pied dehors on remet à zéro notre période d'incubation en fait."
J.A.