RMC

Confinement: à quoi ressemblent les premiers "concerts virtuels" de France?

Le premier espace de divertissement et de loisirs construit et pensé avec les contraintes de la crise sanitaire.

Le premier espace de divertissement et de loisirs construit et pensé avec les contraintes de la crise sanitaire. - Photo: The Grounds Hong Kong

C'EST BON A SAVOIR! - Tous les jours à 13h50, deux actus positives et optimistes avec Lisa-Marie Marques dans "Neumann\/Lechypre" sur RMC.

Il est pour le moment impossible d’organiser des concerts avec des milliers de personnes. On le sait. Mais pour les artistes, c’est l’occasion de se réinventer avec des concerts virtuels. 

Une grande salle, une scène, des caméras, un artiste mais pas de public. Aux États-Unis, ça a été fait dès le premier confinement. 

En France, c’est Patrick Fiori qui s’est lancé, samedi soir, il a joué depuis l’Apollo Théâtre à Paris. L’avantage du concert virtuel? C’est le prix. C’est moins cher qu’un concert classique. Et bien sûr, pas de jauge limite de spectateurs.

Alors évidemment ce n’est pas la même chose, c’est une autre expérience qui maintient le lien avec le public.

Et c’est quand même mieux que rien: d’autres concerts virtuels arrivent. Matt Pokora organise son ultime concert de sa tournée Pyramide Tour le 8 décembre prochain. Maître Gims a annoncé un concert virtuel le 20 décembre pour que "ce monde ne reste pas sans concert!". On se laisse tenter?

Lisa-Marie Marques