RMC

Expansion des zones commerciales: "Les Français ne vivent pas dans un environnement heureux"

Olivier Ramezon, journaliste auteur de Comment la France a tué ses villes, explique ce vendredi dans Radio Brunet pourquoi, au-delà d'enlaidir nos villes, l'expansion des zones commerciales tuent les centres-villes à petit feu.

Zones commerciales remplis d'enseignes de bricolages ou de jardinage - toujours les mêmes -, panneaux publicitaires, grandes surfaces… Nos entrées de villes sont laides. C'est le constat d'Éric Brunet, ce vendredi. La France est devenue championne d'Europe des ouvertures de centres commerciaux : il y en a 1.200 dans tout le pays. Et la tendance est à la hausse puisqu'en 2016, ce sont 680.000 m2 de zones commerciales qui devraient être construites.

"Le vrai problème, ce n'est pas tant la beauté, c'est l'uniformité", explique dans Radio Brunet Olivier Ramezon, journaliste et auteur de Comment la France a tué ses villes (éd. Rue de l’Echiquier). "C'est la même chose partout. A Sedan, à Pamiers, à Mulhouse… on a les mêmes paysages suburbains. Il y a les mêmes enrobés, les mêmes lampadaires, les mêmes fausses pistes cyclables, les mêmes magasins. Après on dit, 'les Français sont malheureux', mais c'est normal, ils vivent dans un environnement qui ne rend pas spécialement heureux".

"Les zones commerciales tuent les centres-villes"

Olivier Ramezon dénonce : "Il y a cette croyance très forte au sein des villes, aidée en cela par les discours formatés des grandes surfaces, qu'en créant une nouvelle zone commerciale, ça va créer de l'emploi. Mais quand on crée de l'emploi en périphérie de cette manière-là, en fait on en détruit, puisqu'on détruit les commerces dans les centres-villes. Non seulement les commerces des centres-villes ferment, mais les gens ne se rencontrent plus en ville, les jolies places deviennent des parkings et au final, on finit par quitter la ville pour habiter à 3-4 kms d'elle.

P. Gril avec Eric Brunet