RMC

Fusillade de Strasbourg: un manque de vigilance des forces de l'ordre dû à la fatigue?

RMC
La fusillade à Strasbourg intervient près de neuf mois après le dernier attentat en France. Les forces de l'ordre sont également très sollicitées pour encadrer les manifestations des "gilets jaunes", ce qui augmente la fatigue.

La fusillade du marché de Noël à Strasbourg n’a pas encore été officielle qualifiée d’attentat terroriste par les autorités. Pour plusieurs éléments laissent suggérer qu’elle s’y apparent. En effet, le parquet anti-terroriste a été saisi, des témoins auraient entendu le tireur crier Allahu Akbar, et celui-ci était fiché S pour radicalisation.

Avant cette fusillade qui a fait au moins deux morts et plusieurs blessés, cela faisait près de neuf mois que la France n’avait plus connu d’attaque terroriste. La dernière étant l’attentat de Trèbes en mars dernier.

La menace terroriste toujours présente

Pour Dominique Rizet, il y a un peut être une part de relâchement dû à cette absence d’attentat.

"Depuis plusieurs mois, on n’a pas eu d’attentat. Et les forces de l’ordre, sentinelles et d’autres font leur ronde peut être avec moins de vigilance. Ça n’enlève rien à leur boulot, mais moins de vigilance parce qu’on est dans autre chose. On est dans les ’gilets jaunes’, on y pense peut-être un peu moins. Mais là avec ce qui vient de se passer à Strasbourg les militaires de sentinelles sont tous sur les dents ", explique le consultant police justice de BFMTV.

Le mois dernier, les forces de l’ordre ont été massivement mobilisée pour encadrer les manifestations des "gilets jaunes". Pour Pascal, policier, c’est surtout le citoyen lambda qui a occulté la menace mais pas les membres des forces de l’ordre.

"La menace terroriste pèse toujours sur notre moral à moi, mes collègues, à ceux qui sont sur le terrain. Je n’ai pas le sentiment qu’elle est été mise de côté par l’ensemble des forces de l’ordre", explique-t-il. 
Radio Brunet (Avec G.D)