RMC

Incendie de Notre-Dame: "Si les Français ont l'occasion d'aller au Louvre ou à Versailles c'est grâce aux mécènes privés"

Pour l'économiste Emmanuel Lechypre, il est trop facile de pointer du doigt les grandes fortunes qui font des dons très important pour la restauration de Notre-Dame de Paris.

Dès le lendemain de l’incendie qui a ravagé une partie de Notre-Dame de Paris, les dons de particuliers ainsi que de grandes fortunes françaises ont commencé à affluer. La famille Bettencourt, Arnault et Pinault ont chacune annoncé d’importants dons. À eux seuls, ils vont donner 500 millions d’euros. 

Pourtant, ces dons ont provoqué une polémique. En effet, certains ont jugé que ces grandes fortunes ainsi que d’autres entreprises comme Total, le Crédit Agricole, ou encore la Société Générale, profitent de l’incendie de la cathédrale pour redorer leur blason tout en procédant à de l’optimisation fiscale. En effet, dans le cadre de la loi mécénat, il y a des réductions d'impôts de 60% pour les entreprises et de 66% pour les particuliers. Le Premier ministre Edouard Philippe a également annoncé ce mercredi une déduction de 75% jusqu'à 1000 euros, 66% au-delà, pour les dons des particuliers en faveur de la reconstruction.

"Ces gens qui disent ça, ils vont au musée? Ils vont dans des églises? Il faut savoir qu’en France si vous n’avez pas les entreprises privées qui payent, il n’y a plus rien. On dit c’est indécent que ces entreprises s’occupent du patrimoine, mais est-ce que le plus indécent ce n'est pas que l’État laisse dans un état totalement impécunieux le patrimoine? Le budget pour le patrimoine c’est 350 millions d’euros. L’État, il est à la rue, il n’a pas un sou", affirme l’économiste Emmanuel Lechypre. 

Le patrimoine survit grâce aux mécènes

Pour lui, l’événement de Notre-Dame de Paris n’est pas isolé. En effet, il explique que comme pour le reste de la population, les grandes fortunes ont pu, elles aussi s’émouvoir des images de l’incendie, mais il rappelle qu’elles font déjà beaucoup pour le patrimoine français. 

"Si ces Français qui râlent ont l’occasion d’aller visiter le musée du Louvre, le château de Versailles, ils le doivent aux entreprises privées, aux mécènes privés", précise Emmanuel Lechypre. 

Devant la polémique montante, François-Henri Pinault, patron du groupe de luxe Kering, a décidé de renoncer à la déduction d’impôts promise aux donateurs.

Guillaume Descours