RMC

Marine Le Pen fait un complexe par rapport à Marion Maréchal

-

- - AFP

Après un début de campagne rondement mené par Marine Le Pen, la candidate du Front national semble payer sa prestation lors du débat face à Emmanuel Macron. Plusieurs membres du parti la critiquent même en interne et certains électeurs ont signifié leur déception. Pour Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication du site Atlantico.fr, Marine Le Pen souffre de complexes qui font leur retour dans ce moment décisif.

L’attitude de Marine Le Pen a choqué ses adversaires et même déçu ses électeurs. Lors du débat face à Emmanuel Macron, soutiens et opposants s’attendaient à la voir adopter une posture présidentielle. C’est finalement tout l’inverse qui s’est produit au point de se faire critiquer par son propre parti. Pour Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication du site Atlantico.fr et invité dans Radio Brunet, Marine Le Pen nourrit de trop nombreux complexes pour gouverner, notamment vis-à-vis de sa nièce, Marion Maréchal. 

"Marine Le Pen n’est pas très intéressée par le travail intellectuel. Elle fait une sorte de complexe par rapport à Marion Maréchal-Le Pen, qui elle lit des livres et travaille. Marine Le Pen est plus dans le côté rapport de force direct. Elle avait dit dans une interview à Femme Actuelle qu’elle ne devait rien à Marion Maréchal-Le Pen. Ça trahissait profondément sa pensée, qui est que Marine Le Pen à une faiblesse psychologique. Sous ses dehors de grande gueule, je pense que c’est une femme beaucoup plus fragile que l’image qu’on en a. Elle a été très affectée par la rupture avec son père et s’était retirée de la vie politique après sa défaite aux régionales".

Jean-Sébastien Ferjou estime que Marine Le Pen ne serait pas animée par une volonté de gouverner. Selon lui, le manque de travail de la candidate frontiste pour préparer le débat est révélateur de son manque de conviction pour accéder au pouvoir. "Je pense également qu’on a vu dans le débat un manque de travail puisqu’elle n’était clairement pas à la hauteur sur ces dossiers. Peut-être que ce manque de travail a été accentué par la pression qu’elle n’a pas su gérer. Peut-être même que c’est un refus d’accéder au pouvoir parce qu’il est plus facile de gérer une rente de situation en incarnant la colère que de se confronter réellement à cette colère. C’est une chose de se faire élire en misant sur les inquiétudes d’une partie de la société, s’en est une autre de savoir y répondre".

"Le FN renonce au pouvoir et mise sur le chaos"

"Je me demande s’il n’y a pas inconsciemment, un refus d’obstacle. Jeudi matin dans Bourdin Direct, elle se justifiait d’avoir été violente pour refléter la violence du pays et les explosions sociales à venir. N’est-elle pas là, la véritable stratégie du FN? Renoncer à arriver au pouvoir par le biais de cette élection, mais miser sur le chaos ensuite. Sur le chaos dont ils considèrent que l’élection d’Emmanuel Macron ne va pas éviter, voir qu'elle va le provoquer. Selon eux, il ignore les sentiments de la France d’en bas".

Radio Brunet avec A. B.