RMC

Mégafichier TES: certifier qu'il est inviolable "est un mensonge pur et simple"

Alors que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a proposé mardi aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat la tenue d'un débat parlementaire sur le mégafichier controversé regroupant les données personnelles des Français, Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme, l'a critiqué ce mardi dans Radio Brunet.

La création d'un mégafichier regroupant les données personnelles des Français la polémique du moment au gouvernement. Ce fichier, baptisé "Titres électroniques sécurisés" (TES) et objet d'un décret paru le 30 octobre au Journal officiel, réunit dans une seule base de données (identité, couleur des yeux, domicile, photo, empreintes digitales...) les détenteurs d'un passeport et d'une carte d'identité. Il concerne potentiellement près de 60 millions de Français. Mais la dimension exceptionnelle du fichier, les risques de piratage et, surtout, les conditions de sa création, sans concertation ni débat parlementaire, suscitent la controverse.

Ce mardi, dans Radio Brunet sur RMC, Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme, a vertement critiqué la possible création d'un tel fichier. "Le problème est que quand on fait un fichier de 65 millions de personnes, parce que ça sera le cas, et que celui-ci ne pourra jamais, jamais, jamais être totalement protégé, vous allez voir circuler sur le net vos identités, vos empreintes digitales etc. Au contraire, vous finirez par renforcer les possibilités de fraudes que le ministre de l'Intérieur prétend combattre".

"Vous croyez que ces fichiers sont inviolables? Vous avez cette illusion-là?, feint-il de s'étonner. Regardez ce qui s'est passé aux Etats-Unis avec Snowden, Wikileaks… Tout cela est d'évidence non protégeable. On peut limiter la casse mais dire qu'il s'agit d'une certitude, c'est un mensonge pur et simple. Au contraire, ce fichier accroîtra les risques alors que la Cnil avait proposé autre chose de différent: une puce électronique. Evidemment, cela coûte un peu d'argent. Mais un peu d'argent pour être plus efficace et moins intrusif dans nos vies privées cela ne me paraît pas scandaleux dans le budget de l'Etat".

M.R avec Eric Brunet