RMC

Travaux d’intérêt général pour les élèves indisciplinés: "Souvent on attend 20 dérapages avant la sanction"

A Montgeron Sylvie Carrilon, maire (LR) de la ville, a décidé d’instaurer un dispositif qui permet d’envoyer en travaux d’intérêt général les élèves coupables d’indiscipline. Elle était l’invité d’Eric Brunet mercredi.

"Je suis favorable aux travaux d’intérêt général pour les élèves indisciplinés". C’était le thème de la deuxième partie de Radio Brunet, mercredi. A Montgeron (Essone), les élèves peuvent en effet être envoyés nettoyer des espaces verts s’ils ont – par exemple – insulté leur professeur. Trois élèves ont déjà testé le dispositif, sur la base du volontariat. Sylvie Carillon maire (LR) de la ville, explique à Eric Brunet qu’elle n’a pas connu beaucoup d’opposition à cette mesure. "Il faut prendre le taureau par les cornes, faire les démarches administratives, l’inscrire au conseil municipal, faire une délibération, signer des conventions avec les collèges. (…) Mais tout le monde est plutôt d’accord sur le sujet", indique l’élue.

"Cela permet quand même de taper sur la main"

Pour elle, "l’idée c’est d’abord de responsabiliser, réparer mais aussi c’est d’avoir une réponse rapide, adaptée, graduelle. Souvent ce qui se passe c’est qu’on attend qu’il y ait 20 dérapages avant qu’il y ait une sanction qui vient du tribunal. A partir du moment où on enclenche une procédure judiciaire, c’est long. Du coup la sanction arrive des fois six mois après l’acte délictueux. Pour les petites sanctions, ça permet de ne pas passer par une procédure judiciaire, mais ça permet quand même de taper sur la main. C’est ‘la société est autour de toi, te regarde et ce que tu fais là, ça ne va pas’".

Eric Brunet (avec AM)