RMC

Un riverain de Notre-Dame-Des-Landes à une élue écologiste: "Vous ne vivez pas à côté de la Zad, vous"

Thomas, un riverain de Notre-Dames-Des-Landes, n'a pas apprécié d'entendre une élue écologiste défendre les zadistes et réclamer l'abandon du projet d'évacuation de la zone pour la construction de l'aéroport. Selon lui, les "riverains en ont marre des rave-parties, des crasseux qui dévalisent les supermarchés et les cailloux jetés sur les voitures".

La député européenne écologiste Michèle Rivasi n'aurait pas dû se féliciter ce mardi dans Radio Brunet des déclarations de Ségolène Royal à propos de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, demandant "qu'on arrête les frais", à savoir le projet. Michèle Rivasi a elle aussi demander l'abandon du projet et appelé à ce qu'on n'évacue plus les zadistes qui occupent la zone, pour éviter des violences et des dérapages. "C'est trop tard, si des policiers vont sur cette zad, vu comment c'est organisé…"

Des propos qui ont révolté Thomas, habitant de Grandchamps-des-Fontaines, à 2 km de la Zad. Ce riverain de la Zad a d'abord rappelé que les habitants de Loire-Atlantique s'étaient exprimés par référendum pour la construction de l'aéroport. Mais il a surtout fait part de sa colère face au comportement des zadistes. "Ils occupent un terrain privé de manière illégale. Et là, sous prétexte qu'on a peur qu'il y ait de la casse on n'y va pas ? Les riverains en ont marre".

Et Thomas de citer "les rave parties qui empêchent les enfants de dormir l'été, les crasseux qui dévalisent les supermarchés, les gens qui jettent des cailloux sur les voitures…"

"Vous ne vivez pas sur place, vous ne connaissez pas ce qui se passe. S'ils n'ont pas envie de se faire tabasser par les CRS ils dégagent", a-t-il poursuivi.

P. Gril avec Eric Brunet