RMC

14 jours de repos en moins: Ciotti demande "un petit effort" aux fonctionnaires

Eric Ciotti, président Les Républicains, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes.

Eric Ciotti, président Les Républicains, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. - AFP

Le président (Les Républicains) du conseil départemental des Alpes-Maritimes (ex-Conseil général) Éric Ciotti, a annoncé ce lundi qu'il allait supprimer 11 RTT et 3 jours de congés aux fonctionnaires territoriaux du département.

C'est quasiment trois semaines de congés qui disparaissent. Parce que "les collectivités territoriales sont étranglées financièrement", le président (Les Républicains) du conseil départemental des Alpes-Maritimes (ex-Conseil général) Éric Ciotti a annoncé ce lundi qu'il souhaitait modifier la durée légale hebdomadaire du travail pour les 4.500 fonctionnaires territoriaux de son département. Celle-ci passerait de 1.568 heures travaillées par an à 1.607 heures. Conséquence: les agents verraient leur solde de RTT passer de 22 à 11, et perdraient également 3 jours de congés payés.

"Un petit effort individuel qui ne coûte pas beaucoup"

Pour justifier cette mesure, adoptée par la majorité de droite au Conseil départementale et qui entrerait en vigueur dès le 1er janvier, Éric Ciotti met en avant la baisse des dotations de l'État, qui étaient selon lui de 130 millions d'euros en 2013 et qui fondront à 42 millions en 2017. "Nous voulons dire très clairement qu'il n'y a pas d'autres alternatives à l'augmentation de la durée du travail dans la fonction publique, explique Éric Ciotti sur RMC. Malgré les atermoiements du gouvernement, il faut y aller, il faut avoir du courage. Cette mesure sera forcément reçue pas agréablement (sic) par les agents mais aujourd'hui, pour conduire l'action publique, il faut faire des choix, il faut dire la vérité. Les collectivités sont étranglées, il y a 6 millions de chômeurs dans notre pays. Je dis à nos fonctionnaires : 'Allez un petit effort individuel qui ne coûte pas beaucoup, pour l'intérêt général'".

Le président du département a fait ses calculs: selon lui, la suppression de ces 14 jours de repos représentent l'équivalent de la création de plus de 100 emplois à temps plein chaque année. Moins de fonctionnaires en repos, c'est donc plus de fonctionnaires au service des citoyens.

"Les fonctionnaires de ce département (ne sont pas) des privilégiés"

"Il faut arrêter d'opposer les salariés entre eux et de faire croire que les salariés territoriaux de ce département sont en quelque sorte des privilégiés", s'étrangle Alexis Corbière, secrétaire national du parti de Gauche. "La régression de leurs droits sociaux ne créera pas de nouveaux droits pour les autres", prévient-il. Sa crainte ? "Que M. Ciotti fasse école, que dans d'autres départements on s'en prenne aussi à la rémunération des fonctionnaires, à leurs conditions de travail, à leurs jours de congés. Je trouve que c'est très négatif qu'un tel discours soit tenu par un homme qui est un notable politique, un parlementaire. Je n'aime pas ce discours, ça ne sert à rien".

En tout cas, le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes assume et l'annonce clairement dans Nice Matin : "Le temps où les hommes politiques n'étaient là que pour distribuer des sucres d'orge est terminé". Les fonctionnaires des Alpes-Maritimes apprécieront.

Philippe Gril avec Stéphanie Collié