RMC

60% des Français avouent avoir transgressé les règles du deuxième confinement

Confinement: à quoi servent les trois nouvelles attestations qui entrent en vigueur aujourd'hui?

Confinement: à quoi servent les trois nouvelles attestations qui entrent en vigueur aujourd'hui? - rmc

Selon une étude menée par l'IFOP, depuis le 30 octobre dernier, une partie de la population n'hésite pas à tricher sur les motifs de déplacements.

Des chiffres francs... et parfois étonnants. Alors que RMC vous dévoile ce jeudi matin que quasiment 90.000 PV pour non-respect du confinement ont été dressé depuis le 30 octobre, six français sur dix reconnaissent qu'ils ont transgressé au moins une fois les règles de ce deuxième confinement.

Selon une étude menée par l'IFOP, les personnes sondées confient avoir triché sur les motifs de l'attestation de déplacement les transformant à d'autres fins que celles indiquées... ou en recevant de la famille ou des amis, depuis le 30 octobre et l'annonce du second confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. C'est 27 points de plus que sur les six premières semaines du premier confinement. 

Dans le détail, les Français ont surtout utilisé les attestations de déplacement pour d'autres motifs que ceux indiqués (24%), se sont promenés au delà de la limite autorisée d'une heure (17%), mais ont aussi vu des membres de leur famille chez les uns ou les autres (23%, soit 8 points de plus qu'au printemps), ou des amis (20%). 

Et 9% des personnes interrogées ont enfreint les règles pour retrouver un partenaire - ou potentiel partenaire - sexuel, soit 3 points de plus que lors du premier confinement. 

Les Français déprimés

Par ailleurs, ce reconfinement frappe plus fort le moral des Français: si, en novembre 2019, ils étaient 16% à déclarer avoir "mauvais moral", ils sont aujourd'hui 28%. Lors du premier confinement, ils étaient 20%.

Le sommeil est lui aussi victime de ce retour au confinement: 38% des personnes interrogées signalent avoir des troubles du sommeil - un chiffre qui monte à 44% chez les femmes.

Au total, 52% des sondés estiment ressentir, depuis l'annonce du reconfinement, un plus fort sentiment de tristesse.

Enquête réalisée en ligne par l'IFOP pour consolab auprès d'un échantillon représentatif de 2.030 Français âgés de 18 ans et plus (dont un sous-échantillon de 1 094 salariés).