RMC

A qui profite l'ouverture des magasins le dimanche?

"LECHYPRE D'AFFAIRES" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

C’est toujours la guerre de tranchées dans le débat sur le travail du dimanche. C’est un débat qui partage les Français avec un score digne de deuxième tour d’une élection présidentielle.

53% des Français sont favorables à une plus grande ouverture, alors que 47% s’y opposent toujours, selon le CREDOC, qui interroge régulièrement les Français depuis une quinzaine d’années sur le sujet. Ce rapport de force est exactement le même depuis 15 ans.

Les partisans mettent en avant d’abord le gain de temps et la commodité d’organisation, Ce sont surtout des habitants des grandes métropoles et sud-est, plutôt des hommes, plutôt des jeunes.

Les opposants mettent en avant le respect du repos dominical : ce sont plutôt des habitants des petites villes, plutôt dans l’ouest, plutôt des femmes et plutôt âgés. Les opinions changent peu, mais dans les faits, presque tout le monde fait désormais ses courses le dimanche.

Dans la pratique, les Français sont de plus en plus nombreux à aller faire leurs courses le dimanche, 6 sur 10. Ils ne sont plus que 1 sur 5 à ne jamais faire de courses le dimanche, c’est 3 fois moins qu’en 2008.

Logique, les déréglementations successives ont entraîné une explosion de l’offre : 81% des Français déclarent avoir accès à proximité de chez eux à un commerce ouvert le dimanche contre seulement 45 % en 2008. Y compris dans les petites villes.

Qu’est-ce que les Français achètent le dimanche ?

Les produits alimentaires constituent en 2019 les achats les plus importants réalisés le dimanche (51 %). Loin derrière viennent les achats de produits de bricolage et jardinage (17 %), de vêtements et chaussures (15 %), de produits pour la maison (14 %) et pour les loisirs (11 %).

Acheter des produits alimentaires le dimanche s’est généralisé par rapport à 2008. Les achats d’autres catégories de produits ont beaucoup moins profité des mesures de libéralisation. Ainsi la part des individus ayant accès aux commerces alimentaires le dimanche a fortement augmenté depuis dix ans, alors que la part des individus ayant accès aux commerces non-alimentaires est restée constante.

Emmanuel Lechypre