RMC

Accident vasculaire cérébral (AVC): "Il y a un authentique risque lorsqu'on consomme du cannabis"

Pour la journée mondiale de l'AVC, RMC revient sur les effets du cannabis et du chocolat, deux produits susceptibles d'influer sur le risque d'attaque cérébrale.

Première cause de mortalité chez les femmes, l'accident vasculaire cérébral (AVC) fait chaque année 30.000 victimes en France. Hypertension, hypercholestérolémie.. Les facteurs de risque sont pléthoriques. A l'occasion de la journée mondiale des AVC ce 29 octobre, Serge Timsit, président de la Société Française Neurovasculaire, rappelle que 15% de ces attaques touchent les moins de 35 ans:

"Ce qu'on retrouve comme cause chez les patients jeunes, c'est la pilule oestroprogestative chez les patientes migraineuses et qui fument. Et puis, la prise de cannabis."

"Consommer du cannabis entraîne des séquelles neurologiques"

La consommation de cette drogue peut en effet être un facteur aggravant, confirme la neurologue Valérie Wolff:

"Sur 48 jeunes patients [victimes d'AVC], 13 d'entre eux étaient consommateurs de cannabis. Et sur ces 13, 10 avaient des anomalies sur les artères intracérébrales. Ces anomalies artérielles, on ne les retrouvait pas chez les sujets qui ne consommaient pas de cannabis. Il y a un authentique risque lorsqu'on consomme du cannabis à avoir des séquelles neurologiques définitives."

Et selon la scientifique, certaines sont très handicapantes.

"Parmi les patients qu'on a pris en charge, certains ont gardé une paralysie, d'autres des troubles de la vue définitifs. Certains d'entre eux ne peuvent plus travailler. "

"J'étais incapable de lire"

Isabelle avait 30 ans quand elle eu son AVC: "J'ai eu un très gros coup de fatigue. Je me suis assise. Mon mari étant infirmier, il m'a tout de suite posé des questions: quel âge j'avais, la couleur en face de moi… J'étais incapable de donner une réponse. J'étais incapable de lire".

S'ensuivent des mois de rééducation pour cette graphiste.

"C'est des journées à refaire des choses de la vie quotidienne. Vous saviez que vous étiez capable de regarder la télévision et de cuisiner en même temps et du coup vous vous redonnez des défis un peu chaque jour. C'est un combat contre soi-même."

Moins de risques d'AVC en consommant plus de chocolat?

Bien qu'il est rare qu'il y ait des signes précurseurs, certaines techniques permettent de diminuer les risques d'AVC. En effet, 8 AVC sur 10 peuvent être évités avec une bonne hygiène de vie. Des médecins préconisent une alimentation variée.

Mieux, la consommation répétée -mais modérée- de chocolat serait même recommandée, à en croire une étude suédoise publiée en 2012 dans la revue Neurology, qui suggère que la présence de flavanoïdes permettent d'esquiver plus facilement les attaques cérébrales.

Chaque année, on consomme plus de 6 kilogramme de chocolat par tête en moyenne. Les producteurs redoutent toutefois une pénurie dans les années à venir, ou du moins une récolte de cacao de moins bonne qualité, en raison notamment du dérèglement climatique.

Bruno Le Derf, artisan chocolatier, n'y croit pas :

"Aujourd'hui, la Côte d'Ivoire on l'oublie un peu malgré qu'il reste un gros producteur (sic). Mais il y a tellement d'autres pays à côté qui commencent à faire de bons cacaos avec de belles plantations. On une offre de qualité qui s'étend sur toute la terre. Le Vietnam, l'Indonésie… Tous les pays d'Asie du sud s'y mettent. La production se déplace, elle évolue. Je suis pas inquiet pour le cacao. Le cacao de qualité existera toujours."
RMC