RMC

Avec #BalanceTonForum, des annonceurs lâchent jeuxvideo.com : "Il faut les frapper au porte-monnaie"

Une ancienne version du forum jeuxvideo.com

Une ancienne version du forum jeuxvideo.com - Capture d'écran jeuxvideo.com

Devant les menaces et les appels au viol qui s'expriment et restent impunis sur certains forums du site jeuxvidéo.com, la journaliste et féministe Sophie Gourion a lancé l'opération #BalanceTonForum sur Twitter. L'Objectif? Forcer les annonceurs à se désolidariser en retirant leurs publicités. Elle explique sa démarche à RMC.fr.

Sophie Gourion est journaliste, et a travaillé comme conseillère au ministère des Droits des femmes. 

"Cela fait plusieurs années que le cyber-harcèlement est installé sur jeuxvideo.com. Une pétition datant 2014 demandait déjà de prendre des mesures contre les menace de mort et de viol qui ont lieu sur ce forum. Rien n'a été fait.

Quand j'étais conseillère au ministère du Droit des femmes, j'ai reçu deux victimes de cyber-harcèlement qui avaient des classeurs entiers pleins de ce genre de menaces. L'une d'elle est professeure des écoles. Certains membres sont allés jusqu'à contacter des parents d'élèves pour leur faire croire qu'elle était antisémite. Cela allait très loin.

"Les femmes sont perpétuellement harcelées sur ce forum"

Webédia (propriétaire du site jeuxvidéo.com, qui a par ailleurs promis qu'elle serait "solidaire" des actions en justice, ndlr) a laissé traîner des messages incitants à la haine, et des "raids" contre ces deux jeunes femmes. Les cas de Nadia Daam et du numéro anti-relous ont été médiatisés parce que ce sont des personnalités publiques. Mais sinon c'est le quotidien des femmes sur ce forum d'être perpétuellement harcelées.

Pour l'heure, je me refuse à aller voir ce qu'ils écrivent sur moi. Faire l'autruche ça me préserve. Si plainte de ma part il y avait, ce serait contre Webédia pour avoir laissé en ligne des propos graves.

On s'est toutefois rendu compte que la fibre éthique ou le ressort légal ne fonctionnait pas. Malgré la lettre que lui a envoyé Marlène Schiappa, Webédia a répondu qu'ils allaient certes doubler les équipes de modérateurs. Mais ces modérateurs sont pourtant des membres du forum, bénévoles, et qui craignent eux aussi les représailles. Ils sont débordés. Il faudrait des sociétés externes.

"Taper sur les femmes, ça crée du trafic"

Ce harcèlement est savamment entretenu par Webédia parce que c'est un modèle économique. Taper sur les femmes, ça crée du trafic. Alors il faut frapper au porte-monnaie. Il faut que la sécurité des femmes soit davantage rentable pour eux que le harcèlement. Cela a été fait par le passé. A un moment donné, certains agence de publicité se sont rendues compte que faire des publicités sexistes, ça ne faisait plus vendre. Il y a énormément de récupération de thématiques féministes pour cette raison.

Parmi les annonceurs de Webédia, les pâtes Barilla et les assurances APICIL se sont retirées, mais je ne sais pas si d'autres marques vont bouger, sachant que Webédia est dans une logique de communication pour rassurer les annonceurs. Ils leur ont écrit des lettres, etc.

"Tout est modérable"

Webédia n'a pas à mes yeux réagi de façon satisfaisante. J'aimerais bien savoir quelle est leur charte de valeurs? Moi je ne l'ai pas trouvée.

Il y a dans ce communiqué des menaces à peine masquées de poursuites en diffamation. Or, les messages incriminés sont encore en ligne. Les propriétaires du site ont pour obligation d'ôter "promptement" les propos insultants et diffamatoires. Et ils ne le font pas, ils ne le peuvent pas avec un si faible nombre de modérateurs. Je pense que tout est modérable. Une modératrice professionnelle m'a expliqué que c'est absolument faisable, à condition qu'on s'en donne les moyens, avec des algorithmes qui repèrent certaines choses. L'argent est le nerf de la guerre depuis le début."

Propos recueillis par Paul Conge