RMC

"C'est le jour ou jamais": à quoi faut-il s'attendre pour cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites?

RMC
Au 51e jour du mouvement, l'intersyndicale prévoit de "poursuivre et amplifier les actions".

Objet d'un conflit social exceptionnellement long, la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron est présentée en Conseil des ministres vendredi, jour choisi par ses opposants pour une 7e journée de grèves et de manifestations, point d'orgue d'une semaine d'actions coup de poing.

"C'est le jour ou jamais": pour Philippe Martinez, l'enjeu est à la mesure du symbole. Le secrétaire général de la CGT a juré de "tenir jusqu'au retrait" de la réforme, mais une fois le texte adopté en Conseil des ministres, ce sera au Parlement d'en décider.

Crainte de violences

Au 51e jour du mouvement entamé le 5 décembre, l'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) espère "une mobilisation maximale" et prévoit de "poursuivre et amplifier les actions". Dès 8h, ces organisations se retrouveront au siège parisien de Solidaires "pour décider ensemble des suites", alors que la CFE-CGC souhaite "faire une pause". 

Côté transports, la journée s'annonce compliquée de nouveau: après un quasi-retour à la normale ces derniers jours, le trafic sera de nouveau perturbé à la SNCF et à la RATP, en particulier dans le métro.

La journée sera ensuite rythmée par de nombreuses manifestations partout en France. Dans la capitale, le cortège doit s'élancer à 11h de la place de la République vers celle de la Concorde, où sa dispersion n'est pas prévue avant 19h.

Anticipant de possibles "violences et dégradations", le préfet de police Didier Lallement a fait savoir qu'il "mobiliserait des moyens humains et matériels significatifs", tout en appelant "à la responsabilité de chacun" afin d'éviter de tels incidents.