RMC

Collision à Puisseguin: "C'est mon oncle qui avait la liste des passagers, et elle a brûlé"

TÉMOIGNAGE - Les enquêteurs ont démarré la difficile identification des victimes de la collision entre un camion et un car, qui a eu lieu ce vendredi matin. Une attente difficilement soutenable pour leurs proches.

Les pompiers ont commencé l'identification des victimes de la collision entre un camion et un autocar, ce vendredi matin à Puisseguin, en Gironde. Des relevés d'ADN vont être pratiqués sur les corps des 42 victimes de l'accident. Des relevés déterminants alors qu'il est impossible à l'heure actuelle de connaître avec certitude l'identité des victimes de ce drame, le plus meurtrier en France depuis 1982. Si un numéro vert a été mis en place, les proches des potentielles victimes sont dans l'incertitude, comme l'a souligné sur RMC Sylvie Milhard.

"C'est affreux, c'est affreux !"

Cette vigneronne vit dans la commune de Petit-Palais. Deux de ses proches se trouvaient ce matin dans le car : son oncle, président du club de 3e âge qui a affrété le car, et un de ses cousins. "C'est le choc. C'est affreux, c'est affreux ! C'est un drame pour une toute petite commune comme ça. On voudrait avoir des noms, mais on ne sait rien. C'est mon oncle, qui est président du club de 3e âge, qui était dans le bus, qui avait sur lui la liste des passagers, et elle a brûlée. Sa fille a essayé de chercher une autre liste chez lui", raconte-t-elle. "J'ai un autre cousin qui était dans le bus, mais visiblement il a été éjecté, parce qu'il m'a semblé le reconnaitre sur les photos". Elle espère "qu'il n'y avait pas d'enfants à bord". "Parfois mon cousin et sa compagne emmène des enfants avec eux lors de ces sorties".

"Les transports Marchesseau ont l'habitude de nos petites routes"

Le bus, affrété par le club du troisième âge de la petite commune de Petit-Palais, commune située à quelques kilomètres seulement du lieu de la collision, emmenait ses passagers vers le Béarn, pour une sortie culturelle. Le car appartenait à la société Marchesseau. Une compagnie qui a l'habitude de transporter des passagers sur les petites routes de Gironde. "Les transports Marchesseau, on les connait, ils font tous les transports scolaires, et du 3e âge. Ils ont l'habitude de prendre des petites routes pour faire les transports d'enfants". Ce qui n'est pas forcément le cas de "tous les camions étrangers qui passent par-là". Si elle aussi trouve que la route où a eu lieu l'accident est "dangereuse et sinueuse", elle estime toutefois qu'elle est suffisamment large pour y croiser des camions, "en faisant attention".

Philippe Gril avec Alain Marschall