RMC

"On sauvera des vies le jour où les élus modifieront les routes accidentogènes"

Un camion du SAMU à Puisseguin, en Gironde.

Un camion du SAMU à Puisseguin, en Gironde. - AFP

Jehanne Collard, avocate spécialisée en droit des victimes, estime que le drame de Puisseguin aurait pu être évité si les élus locaux avaient accepté de modifier les infrastructures accidentogènes.

Le drame pouvait-il être évité? Après la collision entre un camion et un car qui a fait plus d’une quarantaine de morts en Gironde, des voix s’élèvent contre le manque de moyens mis en œuvre pour la sécurité routière sur certaines voies.

Noël Mamère a par exemple estimé sur RMC que les questions "de l'entretien de nos routes secondaires et départementales et des choix politiques qui sont faits par le gouvernement en termes d'infrastructure" se posaient.

"Un virage très dangereux"

Stéphane, qui habite à 500 m du lieu du drame, n'est "pas étonné" par cet accident. Il décrit le virage. "C'est très dangereux. Déjà en voiture c'est très dangereux, on a tendance à le couper parce qu'il déporte. D'un côté il y a un genre de petit ravin avec des vignes, et de l'autre il est en équerre donc on ne voit pas la sortie du virage et qui vient en face, donc on a tendance à couper un peu. Et il n'est pas indiqué comme dangereux, il n'y a pas de panneaux 'danger'. C'est un peu à l'aveugle."

Une cartographie des accidents routiers a été établie à partir des données du ministère de l’intérieur sur toute la France. Le virage en question sur la D17 à proximité de Puisseguin est classé comme faiblement accidentogène: 2 accidents, 2 blessés graves, 1 léger (données 2006-2011).

"Mettre en cause la responsabilité des élus locaux"

Jehanne Collard, avocate, spécialisée en droit des victimes, appelle de son côté les citoyens à mettre en cause la responsabilité des élus locaux.

"Le jour où les élus accepteront de modifier les infrastructures accidentogènes et d’investir sur le sujet de la sécurité routière, on sauvera des vies", estime-t-elle au micro de RMC.

"Peut-être effectivement faut-il maintenant que les administrés mettent en cause la responsabilité pénale des élus locaux, pour que les choses avancent dans le domaine de la sécurité routière? Si cela avait été fait, peut-être qu’aujourd’hui, il n’y aurait pas les victimes de cet accident de car."