RMC

Comment l'intelligence artificielle pourrait révolutionner les entraînements de tennis

Début de la deuxième semaine de Roland-Garros sans aucun Français en lice. Mais Anthony Morel a peut-être quelques solutions pour qu’on s’en sorte un peu mieux l’an prochain.

Imaginez un logiciel qui permettrait à un joueur de tennis de deviner à l’avance précisément où son adversaire va placer sa prochaine balle. Ce sera bientôt possible grâce à l’intelligence artificielle.

Des chercheurs de l’université de Queensland, en Australie, ont mis au point un logiciel de “machine learning”, un algorithme, capable de prédire les prochains coups de l’adversaire avec une précision redoutable. Comme à chaque fois pour ce genre d’outil, il s’agit d’un algorithme qu’on a entraîné. On lui a donné à analyser des milliers de frappes de balles tirées de vidéos de matchs de Nadal, Federer et Djokovic, mais ça pourrait être n’importe qui d’autre, couplés à des tas de données sur la trajectoire, la vitesse, l’angle, les mouvements de pieds. Et en analysant tout ça, le style de jeu, la façon qu’un joueur à de répondre à tel ou tel coup en fonction de plein de paramètres, la machine est capable de prédire non seulement le type de coup que l’adversaire va frapper avec une précision de 90% mais aussi où la prochaine balle du joueur va toucher le court, à moins d’un mètre près.

>> A LIRE AUSSI - Plus aucun Français à Roland-Garros: le "jeudi noir" du tennis français décrypté dans l'épisode spécial de "Court n°1"

Autant dire que c’est une indication extrêmement précieuse. Un peu comme si vous aviez un don de divination sur les intentions de votre adversaire. Bien sûr, il ne s’agirait pas d’utiliser ça pendant les matchs, ce serait de la triche, mais à l’entraînement, pour s’entraîner spécifiquement contre un adversaire, comprendre comment il réagit à tel ou tel type de coup, préparer une stratégie, ce serait une arme extrêmement précieuse. L’intérêt de cet outil ne s’arrête pas là: pour la diffusion des matchs, il permettrait d’avoir des caméras intelligentes capables d’anticiper le prochain coup et donc d’avoir des captures d’images parfaites.

Des matchs virtuels

On peut aussi se servir de l’intelligence artificielle pour créer des matchs virtuels, Federer contre Serena Williams par exemple.

Si vous vous demandez à quoi ressemblerait un match entre Federer et Serena Williams, ou qui gagnerait entre Nadal et Mc Enroe, ou même Federer contre lui-même, vous pouvez utiliser un simulateur de matchs de tennis dont les résultats sont assez spectaculaires. L’outil s’appelle “Vid2player”, il a été conçu par des chercheurs de l’université de Stanford.

Là encore, c’est de l’intelligence artificielle qu’on a nourrie avec des extraits vidéos de différents joueurs. La machine a appris leur style, la façon dont ils jouent et est capable de le reproduire dans des matchs virtuels. Ce qu’on voit, ce sont des jumeaux numériques des joueurs, qui imitent leur style de jeu à la perfection, leurs mouvements de jambes, leur façon de frapper à la volée ou de monter au filet. Le niveau de réalisme est assez bluffant.

On peut s’amuser à faire s’affronter un joueur contre lui-même ou même à simuler un joueur français en finale de Roland-Garros, soyons fous. À quoi ça sert? Là encore au-delà du côté divertissant, ce sont des outils qui pourraient servir à l’entraînement, pour de l’analyse de jeu post-match. Que ce serait-il passé si tu avais joué tel coup plutôt que tel autre, et la machine va simuler la suite de l’échange pour voir si c’est plus efficace.

Cela pourrait aussi servir à rendre les jeux vidéo de tennis encore plus réalistes en termes d’animation des joueurs. Il faut noter que ce sont des outils d’aide à la décision, au perfectionnement de l’entraînement, mais en matière de sport, il reste toujours une part d’incertitude. Aucune intelligence artificielle ne va imaginer qu’un joueur explose psychologiquement par exemple.

Et ces outils très sophistiqués, c’est sympa pour les pros, mais et les joueurs du dimanche?

Ça se démocratise. L’IA n’est plus réservée aux pros. On commence à voir apparaître dans le grand public, pour des joueurs compétitifs, des outils, certes un peu moins sophistiqués, mais très utiles, qui prennent la forme de simples applications mobiles, comme “Swingvision”, créée par un ancien de Tesla, ou “Tennis AI”, qui vont permettre d’avoir une analyse de ses performances sur le terrain.

Il suffit de filmer la partie et le logiciel va analyser tout ce qui se passe sur le terrain. Où vous placez les balles, la vitesse de la frappe, l’analyse du placement, vous faire des petits résumés de vos meilleurs coups, des conseils pour s’améliorer. Un coach virtuel grâce à l’intelligence artificielle.

Anthony Morel