RMC

Comment mieux contrôler le temps d'écran de nos enfants?

-

- - RMC

Dernièrement, l'Anses a sorti un rapport qui met en avant la sédentarité des ados qui ne bougent pas assez et qui sont trop souvent devant leurs écrans. Comment faire en sorte de changer cette donne ? Anthony Morel nous donne plusieurs pistes dont la majorité des outils sont à titre de sevrage.

Comment mieux gérer le temps que passent nos enfants devant un écran? En début de semaine, l'Anses, l’agence de sécurité sanitaire, avait alerté sur la sédentarité des ados: deux tiers des 11-17 ans passent plus de deux heures par jour devant les écrans. 

Alors comment mieux contrôler ça ? Première option, des applications de contrôle parental. La plus connue est celle de Google, qui s’appelle Family Link. Elle est gratuite et très bien faite. On télécharge l’application sur le smartphone ou la tablette des parents, et sur celui de l’enfant ou de l’ado. Ça va permettre de superviser ce qui se passe. D’avoir une sorte de tableau de bord pour localiser l’appareil à distance, il ne faut pas se le cacher, c’est un petit mouchard. Mais il permet aussi de définir des horaires d’utilisation. Par exemple, après 22h, on ne peut plus allumer le téléphone par exemple, ou alors le temps maximum passé sur TikTok ou Fortnite par exemple.

On peut aussi limiter l’accès à certains sites ou types de contenus, avec un moteur de recherche édulcoré qui va supprimer les contenus pour adultes, violence, jeux d’argent, drogue ou encore les achats via la boutique d’application. À chaque tentative d’achat, le parent reçoit une notification et il peut accepter ou refuser. On va aussi recevoir un rapport d’activité quotidienne, qui permet de voir le temps passé sur chaque application. À noter que ces options de contrôle du temps passé devant les écrans, on peut se les appliquer à soi-même. 

Parmi les applications de contrôle parental reconnues, qui fonctionnent peu ou prou sur le même modèle, on peut aussi citer Kid’s Place, Xooloo ou encore PDLP “parents dans les parages”.

L’autre option: autoriser un accès limité aux écrans. Mais seulement après avoir fait ses devoirs. Et là aussi, il y a des astuces.

Un coffre-fort numérique 

Une petite application française très pratique qui s’appelle Kipoya, qui connaît un gros succès depuis le début de la crise sanitaire, puisque les enfants ont été bloqués à la maison pendant des semaines va permettre de forcer les enfants à bosser s’ils veulent pouvoir avoir accès à Facebook ou Snapchat. Tant qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs, pas de Snapchat, pas de Youtube, pas de Fortnite. Concrètement, c’est une application qu’on va télécharger sur le smartphone des parents, et sur celui des enfants. L’application va verrouiller tous les jeux, les réseaux sociaux sur le téléphone de l’enfant ou de l’ado. Et pour pouvoir y accéder, il va falloir réaliser les exercices que vous avez programmés 10 à 20 minutes par jour, en s’appuyant sur les programmes scolaires. 

Les parents peuvent planifier des plages horaires de travail, choisir les matières qu’on veut faire travailler.

Autre solution plus radicale, mettre les écrans hors de portée dans un coffre-fort numérique. C’est le principe du TechDen. Un boîtier fermé électroniquement contrôlé à distance par les parents. C’est une grosse boîte dans laquelle on range smartphone et tablette. Elle fait aussi chargeur. Mais ce sont les parents qui peuvent la verrouiller et la déverrouiller à distance. 

À certaines heures fixes de la journée, ou depuis l’écran de leur smartphone. Ils sont aussi notifiés quand une tablette ou un téléphone est rangé dans la boîte. Vous avez aussi une méthode imparable pour des dîners en famille sans appareils électroniques. Un moulin à poivre un peu spécial. Ça s'appelle le Pepper hacker. C’est un vrai moulin à poivre. Destiné aux parents qui ont marre d’appeler 25 fois les enfants à table avant qu’ils n’arrivent ou de les voir scotchés à leur smartphone pendant la moitié du repas. 

Lorsqu’on appuie sur un petit bouton situé en haut de l’appareil, ça coupe toutes les connexions internet. Plus de smartphones, plus de tablettes, plus de Playstation pendant une demi-heure.