RMC

Assurance chômage: bug informatique sur le "bonus-malus" de 6.000 entreprises

Les comptes de l'assurance chômage excédentaires en 2020.

Les comptes de l'assurance chômage excédentaires en 2020. - JACQUES DEMARTHON / AFP

Environ 6000 entreprises sont victimes d'un bug de l'assurance chômage qui fausse le calcul de "bonus-malus", mis en place pour lutter contre l'abus des contrats courts.

Le dispositif de "bonus-malus" mis en place avec la précédente réforme de l'assurance chômage pour lutter contre l'abus de contrats courts a été affecté par une "erreur informatique", indique un arrêté publié mercredi au JO, ce qui a "faussé le calcul" pour 6.000 entreprises.

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron en 2017, le bonus-malus, entré en vigueur en septembre, consiste à moduler la contribution patronale d'assurance chômage - 4,05% de la masse salariale - à la hausse (malus) jusqu'à un plafond de 5,05% ou à la baisse (bonus) jusqu'à un plancher de 3%, en fonction "du taux de séparation" des entreprises.

Ce "taux de séparation" correspond au nombre de fins de contrats - hors démissions - ou de missions d'intérim assorties d'une inscription à Pôle emploi, rapporté à l'effectif de l'entreprise.

Allonger la durée des contrats

Vivement combattu par le patronat, ce dispositif né de la réforme de l'assurance chômage de 2019, vise à inciter les entreprises à allonger la durée des contrats de travail proposés. La mesure, ciblant sept secteurs grands consommateurs de contrats courts, a été présentée comme la contrepartie des règles durcissant l'indemnisation des chômeurs.

En septembre, pour la première année d'application, 18.000 entreprises ont été concernées, dont un gros tiers pénalisées (37%).

Les entreprises remboursées

Or, un arrêté paru mercredi au journal officiel explique qu'"une erreur informatique a affecté les données relatives au taux de séparation de certaines entreprises" concernées par le bonus-malus.

Au total 6.000 entreprises sont concernées par l'erreur informatique, a détaillé le ministère du Travail.

Les entreprises qui ont versé un trop-perçu "sur septembre-novembre" seront remboursées, tandis que celles qui "ont été notifiées d'un taux modulé inférieur à leur vrai taux" seront informées de leur nouveau taux "mais ne seront pas redevables de la différence sur septembre-novembre", a poursuivi le ministère, sans préciser les montants concernés.

G.D. avec AFP