RMC

Covid-19: voici pourquoi les prix sont en baisse dans les supermarchés

C'est une conséquence de la crise sanitaire: les prix en grande surface sont en baisse en France… Voici pourquoi.

Une bonne nouvelle, malgré tout? En raison de la crise sanitaire, les grandes surfaces recommencent à tirer les prix vers le bas, selon le panéliste IRI, spécialiste du secteur, contacté par RMC. 

Quand on regarde la courbe des prix en rayons depuis le début de l'année dernière, on voit bien qu'ils sont à la hausse tous les mois jusqu'en mars 2020. Et puis la crise arrive et, à partir de ce moment de là, la courbe s'inverse et les prix sont systématiquement orientés à la baisse.

Résultat: alors qu'en 2019 les prix dans les rayons avaient augmenté de 0,9%, ils ont baissé en 2020 de 0,14%. Ce n'est pas une baisse énorme mais elle est très symbolique: c’est le signe de la crise qui s'installe.

D'ailleurs pour certains produits, la baisse est plus importante notamment pour le rayon épicerie et pour les produits d’hygiène et d’entretien. En revanche, les prix des produits frais continuent d'augmenter. Et même on peut dire qu'ils ont beaucoup augmenté.

>> A LIRE AUSSI - Qui arnaque le plus les Français? "60 millions de consommateurs" révèle son palmarès

Selon l'Insee, les prix des produits frais - donc les légumes, les fruits, le poisson... - sont en hausse de plus de 6% sur les 11 premiers mois de l'année dernière. Cela s'explique notamment car, pendant le confinement, les grandes surfaces ont privilégié les produits "made in France".

Reste toutefois que malgré cette augmentation sur les produits frais, globalement les prix alimentaires sont orientés à la baisse: il y a une volonté de s'adapter à la paupérisation d'une partie de la population, qui a perdu du pouvoir d’achat.

A la recherche des prix bas… 

Selon une seconde étude, 54% des Français confie faire désormais "plus attention aux prix" et aux promotions aujourd’hui qu’avant la crise. Et les acteurs de la grande distribution en ont bien conscience.

Une bonne nouvelle pour notre porte-monnaie mais pas forcément pour les agriculteurs. D'ailleurs, le gouvernement estime que les négociations commerciales entre grande distribution et producteurs sont particulièrement tendues cette année et a appelé récemment les grandes surfaces à faire preuve de responsabilité. 

Marie Dupin