RMC

Gaspillage alimentaire: faut-il retirer les dates de consommation recommandée?

Ce lundi, les supermarchés britanniques Waitrose ont annoncé la retrait des dates de consommation recommandées sur 500 produits. Une bonne idée à appliquer en France?

À partir de septembre, les supermarchés britanniques Waitrose vont supprimer les mentions “best before”, une date indicative au-delà de laquelle la consommation d'un produit reste sans danger, sur près de 500 produits frais, en particulier des fruits et légumes sous emballage.

Cette mesure "vise à réduire le volume de gaspillage alimentaire des ménages britanniques en invitant les clients à faire preuve de discernement au moment de décider si un produit est encore consommable.

Les sommes en jeu sont considérables puisque les ménages britanniques jettent chaque année 4,5 millions de tonnes d'aliments comestibles. L'indicateur “best before” est essentiellement lié à la qualité gustative ou nutritionnelle d'un produit, et correspond à la "date de durabilité minimale" en France.

Pas de suppression de la "date limite de consommation"

L'entreprise emboîte le pas à d'autres enseignes britanniques, comme le géant du secteur Tesco, qui avait supprimé les dates de consommation recommandée sur une centaine de produits dès 2018, ou plus récemment Marks and Spencer qui avait fait de même sur 300 références. La suppression des dates sur les fruits et légumes frais pourrait sauver l'équivalent de 7 millions de paniers de nourriture de la poubelle.

En revanche, pas question de supprimer la date limite de consommation. La mention “use by”, qui figure sur des produits périssables, est une mention impérative et son non-respect présente des risques pour la santé, au même titre que la date limite de consommation en France.

Mais Morrisons, une autre chaîne de supermarchés, avait annoncé en janvier la suppression non pas de la date recommandée, mais de la date limite de consommation sur 90% de son lait de marque distributeur, encourageant ses clients à sentir le contenu de la bouteille pour savoir s'il est toujours bon.

En Europe, 10 % des 88 millions de tonnes de gaspillage alimentaire proviennent d’une mauvaise interprétation des dates de péremption, selon la Commission européenne.

Emmanuel Lechypre