RMC

Go Sport: un juge enquêteur nommé, le dossier reéxaminé le 16 janvier

L'entreprise Go Sport est en difficulté: un état précis de la situation financière va être fait (illustration)

L'entreprise Go Sport est en difficulté: un état précis de la situation financière va être fait (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

Le tribunal de commerce de Grenoble a reporté au 16 janvier l'examen du dossier de l'entreprise Go Sport et a désigné un juge enquêteur, ce mercredi. Il aura pour mission de faire un état précis de la situation financière du groupe.

Un peu d'espoir pour les salariés. Le tribunal de commerce de Grenoble, qui devait décider du sort de l'entreprise en difficulté Go Sport, a désigné un juge enquêteur et reporté au 16 janvier l'examen du dossier, a indiqué, ce mercredi, le parquet de Grenoble.

Ce juge-enquêteur aura pour mission de "faire un état précis de la situation financière" du groupe et de sa filiale Go Sport France avec l'aide des cabinets d'audit et des commissaires aux comptes concernés, selon un communiqué.

"C'est un message de vigilance mais aussi de confiance, qui appelle la mobilisation de tous les acteurs pour sauver l'entreprise", souligne le parquet.

Les dirigeants de la société mère entendus

Le parquet avait assigné en redressement judiciaire Go Sport après des alertes économiques reçues par les commissaires aux comptes et le comité social et économique central (CSEC) de Go Sport.

Le 19 décembre, les dirigeants de HPB, société mère de Go Sport, avaient été auditionnés par le tribunal de commerce de Grenoble, aux côtés des commissaires aux comptes et des élus du CSEC pour faire le point sur la situation financière de l'entreprise et établir si elle était en cessation de paiements.

Les dirigeants de HPB avaient assuré que la situation de l'entreprise était saine, l'expert mandaté par leurs soins ayant produit une attestation de non-cessation de paiements. De leur côté, les commissaires aux comptes de Go Sport et l'expert mandaté par le CSEC avaient établi l'état de cessation de paiements de l'entreprise sur la période octobre-novembre.

AB avec AFP